Aller au contenu principal

Griffon rencontre Orrigille et Martan (Roland furieux, Valgrisi, 1560, chant 16)

Date :
Entre 1556 et 1560
Nature de l'image :
Gravure sur bois
Dimensions (HxL cm) :
21,3x13,8 cm
Sujet de l'image :
RĂ©sac yd 389

Analyse

Au premier plan Ă  gauche sont reprĂ©sentĂ©s les crĂ©neaux des fortifications de Damas (DAMAS[co]). Àu-dessus, Ă  mi-hauteur, la ville de JĂ©rusalem (GIERV.), d’oĂč Griffon est parti Ă  la recherche d’Origile, qui le trompe avec Martan Ă  Antioche (Ă  droite, ANTIO.).    

Griffon se rend d’abord Ă  Ramla (RAMA. Sous JĂ©rusalem), puis Ă  Damas et, de lĂ , se dirige vers Antioche. En chemin, Griffon (GRI.) rencontre Orrigille (HOR.) et Martan (MART.) accompagnĂ© de deux valets (VAL. et VALL) (str. 6). Tous deux se rendent Ă  la fĂȘte organisĂ©e par Noradin, roi de Damas, dans sa ville. La gravure reprĂ©sente le baiser hypocrite d’Orrigille Ă  Griffon (str. 9).    

La mer, représentée comme un fleuve barrant horizontalement la gravure, figure la rupture narrative (str. 16).

La partie supĂ©rieure de la gravure reprĂ©sente le siĂšge de Paris, dont les murailles, en haut Ă  droite, sont traversĂ©es par la Seine. Au cƓur de la ville, Rodomont (RO.) se dĂ©chaĂźne et met le feu (str. 20-27 ; la reprĂ©sentation des flammes Ă  gauche se mĂȘle Ă  celle de la Seine).    

A gauche, Renaud (RIN.) Ă  la tĂȘte des renforts anglais mĂšne la contre-offensive contre Agramant. En haut Ă  gauche, il dĂ©barque d’Angleterre en France : Renaud (RIN) est dĂ©signĂ© Ă  la tĂȘte de ses troupes, ainsi que les deux Ăźles d’Angleterre (INGHI.) et d’Écosse (SCOT). En haut au centre est indiquĂ©e la Picardie (PICCAR.) par laquelle les troupes de Renaud passent pour gagner Paris (str. 30). Elle y arrivent Ă  droite sur la gravure, « sotto l’altiera insegna d’Odoardo » (sous le fier Ă©tendard d’Édouard, notĂ© ODO.), guidĂ©es par Ariman (ARI, toujours str. 30).    

La suite du combat est reprĂ©sentĂ©e Ă  gauche. Au milieu Ă  gauche, Renaud vole au secours de Zerbin (ZER ; str. 79-83). En bas Ă  gauche, Renaud dĂ©sarçonne Agramant (str. 84). Le camp d’Agramant est symbolisĂ© par une tente. Au-dessus, prĂšs du roi Marsile (MAR), se tient Ferragus (FE), qui s’élance au combat au moment oĂč tombe le jeune Olympe de Serre. Je n’arrive pas Ă  identifier l’homme Ă©tendu face Ă  Renaud (REX ?, SER ?).

Annotations :

1. Sur la page de droite en regard de l’image on peut lire l’argument du chant XVI :

ARGOMENTO. Troua Grifon presso a Damasco al fine Col vil Martan la perfida Origille. Intanto le Cristiane, e Saracine Schiere, cascano al piano Ă  mille Ă  mille. E se di fuori hanno aspre discipline I Mori, entro Parigi ha tai fauille, Ha tanta strage Rodomonte messo, Ch’oue Ă© maggiore il mal, non pare espresso.

Sources textuelles :
Roland furieux, chant 16 (Griffon retrouve Orrigille ; Renaud secourt Paris)
Sujet de recherche :
Iconographie du Roland furieux

Informations techniques

Notice #002186

Image HD

Identifiant historique :
A1505
Traitement de l'image :
Scanner
Localisation de la reproduction :
Collection particuliĂšre (Cachan)