Aller au contenu principal
Mercure, Hersé et Aglaure - d’après Véronèse

Notice #002228

Image HD

Série de l'image :
[Louis-Abel de Bonafous], Galerie du Palais Royal, Paris, Couché/Bouillard, 1786
Auteur(s) :
Véronèse, Paolo Caliari dit Paul (1528-1588)
Moitte, Pierre Etienne, peintre et graveur au burin (1722-1780)
Entre 1802 et 1818
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
Sujet mythologique. Mercure, Hersé et Aglaure
Lieu de conservation :
Paris, Bibliothèque nationale de France, Département Littérature et art
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
V-292 à V-294
Traitement de l'image :
Scanner
N° de commande :
2301846
Date de commande :
31/01/2003
Photo sur papier
Localisation de la reproduction :
Montpellier, Inst. de rech. sur la Renaissance l’âge classique & les Lumières

Analyse

Annotations :
1. Sous la gravure, à gauche « Paul Veronese pinx[i]t », à droite « Moitte sculp[sit] » Dessous, on peut lire : « MERCURE, HERSÉ ET AGLAURE. De la Galerie du Palais d’Orleans. ÉCOLE VÉNITIENNE. Ve TABLEAU DE PAUL CALIARI DIT PAUL VERONÈSE Peint sur toile, hauteur 7 pieds 1 pouce, largeur 5 pieds 4 pouces. C’est en vain qu’Aglaure fille de Cécrops Roi d’Athènes veut empêcher Mercure d’entrer. Ce dieu la touche avec son caducée et la métamorphose en pierre. Hersé négligemment assise, le sein à demi-nu, reste immobile à la vue de son amant. Sa tranquillité fait présumer qu’elle ne voit pas encore dans sa sœur confidente de ses amours, une rivale victime de la haine de Pallas. Les connoisseurs qui regardent ce tableau comme l’un des plus parfaits de Paul Véronèse apportent en témoignage de leur opinion, la signature du maître, qui se rencontre assez rarement sur ses ouvrages. » 2. La présentation, sans les armoiries du duc d’Orléans (même composition que L’Embrasement de Sodome, du même peintre), indique une com