Aller au contenu principal
On vole le cheval d’Astolfe (Roland furieux Franceschi 1584 ch22) - G. Porro

Notice #003030

Image HD

Série de l'image :
Lodovico Ariosto, Orlando furioso, Venise, F. de Franceschi, 1584
Auteur(s) :
Porro, Girolamo (1520-1604), graveur, dessinateur et écrivain d’art
1584
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
Fiction, 16e siècle
Lieu de conservation :
Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
Résac yd 396
Sujet de recherche :
Iconographie du Roland furieux
Traitement de l'image :
Scanner
N° de commande :
2315005
Date de commande :
03/10/2003
Photo sur papier
Localisation de la reproduction :
Montpellier, Inst. de rech. sur la Renaissance l’âge classique & les Lumières

Analyse

Analyse de l'image :
     Le premier plan de la gravure ne suit pas le modèle de l’édition Valgrisi. Au lieu de la découverte du corps de Pinabel par Zerbin, G. Porro représente Astolfe (ASTOLFO) se désaltérant à une source (str. 11). Un paysan (VILLANEL) en profite pour lui dérober son cheval (str. 12). il s’agit en fait d’un piège pour attirer Astolfe dans le palais enchanté d’Atlant (PALAZZO INCANTATO) représenté au dessus. Astolfe est représenté au second plan poursuivant le paysan monté sur son cheval.    Le paysan cavalier est figuré une troisième fois s’engouffrant dans le palais.     La partie droite de la gravure représente à cette hauteur la cour intérieure du palais enchanté, où Astolfe, à gauche, est entouré de larves diaboliques (Mostri) envoyées par Atlant (str. 19). À droite, Astolfe met en fuite au moyen de son cor les chevaliers, dont Bradamante (Bra) et Roger (Rug), que les sortilèges d’Atlant avaient dressés contre lui (str. 21). Il faut ensuite revenir sur la gauche, vers l’entrée du palais, où Astolfe soulève une sorte de coffre de pierre (dans le texte, la pierre même du seuil) pour y détruire "alcuna imago", les images, les statuettes magiques, qui assurent l’enchantement du palais (str. 23). Astolphe est représenté à nouveau en dessous, plus sur la droite, lisant sur le livre que lui a donné Logistille les instructions pour le désenchantement du palais (str. 16).     Au-dessus du palais, Astolphe récupère l’hippogriffe qui avait quitté Roger au moment où celui-ci s’apprêtait à violer Angélique (ch. X) puis l’avait rejoint dans sa captivité au château d’Atlant. Pendant ce temps, sur la droite, Bradamante et Roger, tous les deux prisonniers du palais mais incapables alors de s’y reconnaître, se retrouvent et s’embrassent, puis, plus au centre, partent ensemble en direction de Vallombreuse où Roger devrait recevoir le baptême pour pouvoir épouser Bradamante (str. 31-35).     Cependant, au-dessus, toujours à droite, Roger rencontre une dame (Don.) qui pleure pour Richardet, condamné au bûcher pour avoir couché avec Fleur-de-lys, la fille de Marsile (str. 38-41). Pour aller délivrer Richardet, Roger et Bradamante doivent affronter l’épreuve du château de Hauterive (ALTARIVA) représenté tout en haut à droite (str. 47-48). Pinabel, seigneur de ce château, force Aquilant (Aqui.), Griffon (Gri), Sansonnet (Sa.) et Guidon (Gui.) qu’il tient prisonniers à combattre pour lui tous les chevaliers qui se présentent, sauf s’ils acceptent l’humiliation de donner leurs vêtements.     Roger utilise le bouclier magique d’Atlant et triomphe (str. 68). Pendant ce temps, Pinabel qui est sorti du château se trouve face à Bradamante. Il est représenté en haut à gauche sur la gravure, fuyant la colère de celle-ci (Pin., Brad.).