Aller au contenu principal

La mort de Pinabel (Roland furieux Franceschi ch23) - G. Porro

Analyse

Au premier plan à droite, Pinabel est étendu mort. Derrière lui, Bradamante, qui vient de se venger de lui, s'éloigne à cheval pour s'enfoncer dans la forêt à gauche. A gauche, Bradamante dort dans la forêt.

Au dessus √† droite, Bradamante rencontre Astolphe qui lui confi!e son cheval Rabican pour pouvoir s'envoler sur l'hippogriffe : on le voit s'envoler en haut √† droite sur l'image. Mais Bradamante, qui ne veut pas aller √† Montauban, mais √† Vallombreuse o√Ļ l'attend Roger, confie aussit√īt, juste au-dessus, Rabican √† un paysan (Vilan.), ainsi que le cheval de Pinabel (str. 18). Cependant, inexorablement, son chemin la m√®ne en vue de Montauban ; son fr√®re Alard surgit : impossible d'√©viter Montauban. Au centre de la gravure, Alard et Bradamante, tous deux √† cheval, s'embrassent, tandis que le paysan, derri√®re la guerri√®re, a mont√© un de ses chevaux et tient l'autre par la bride.

A gauche, dans Montauban, Bradamante embrasse sa mère Béatrice (str. 24). Au dessus, elle confie Frontin, le cheval de Roger, à sa suivante Hippalque, pour qu'elle le conduise à Vallombreuse (str. 29). La rencontre d'Hippalque avec Rodomont, qui lui vole Frontin, n'est pas représentée.

Au centre, le cadavre de Pinabel est √† nouveau repr√©sent√©, mais, √† c√īt√© de lui, on ne voit ni Zerbin, qui arrive sur les lieux (str. 39), ni la vieille Gabrine qui l'accompagne et, alors que Zerbin part en qu√™te de qui a tu√© le chevalier, vole au mort sa ceinture.

A droite est repr√©sent√© le manoir de Hauterive (Altariva), o√Ļ le corps de Pinabel (Pin.) est amen√© au comte Anselme (Anselmo) son p√®re (str. 40). Derri√®re Anselme, ses gens l√®vent les bras au ciel en signe de d√©sespoir. Sur la gauche de Hauterive, Zerbin est arr√™t√© (sur la fausse accusation de Gabrine, str. 50).

Au-dessus de Hauterive, une sorte de potence à deux poteaux est dressée, pour pendre Zerbin. Mais Roland survient et met en déroute les gens d'Anselme (str. 58).

Sur la gauche, survient Mandricard (M., str. 71) face à Roland (Or), tandis que Zerbin étreint son Isabelle (Z, I, str. 68). Le combat de Mandricard et de Roland est représenté tout en haut à gauche.

L'histoire de la folie de Roland, en haut au centre, est à peine représentée. Roland (?) à cheval arrive devant la maison du berger (str. 115), qui lui raconte l'histoire d'Angélique et de Médor (str. 119sq).

Sur la droite, la douleur de Roland se changeant en colère, il tire son épée (str. 129). Sous lui, un paysan mort est étendu. Plus à droite, Roland nu hurle sa douleur et sa rage.

Annotations :

3. Comparaison avec la gravure de l'édition Valgrisi.

Girolamo Porro reprend la composition d'ensemble de la gravure de l'édition Valgrisi, mais y apporte un certain nombre de modifications et de déplacements.

Le d√©placement le plus important est le changement d'√©pisode au premier plan : dans l'√©dition Valgrisi, Pinabel mort n'est pas repr√©sent√© au 1er plan. C'est le sommeil de Bradamante apr√®s sa vengeance que l'illustrateur avait privil√©gi√©. Et de fait le meurtre a lieu √† la fin du chant XXII et non au chant XXIII. G. Porro restructure le chant pour lui donner forme morale et exemplaire : le point de d√©part de la narration qui va conduire √† la folie de Roland est la mort du tra√ģtre Pinabel.

Dans l'√©dition Valgrisi, la partie m√©diane de la gravure est structur√©e par l'opposition des deux places fortes, Montauban √† gauche, o√Ļ si√®ge la famille de Clermont, Hauterive √† droite, o√Ļ sont les Mayen√ßais. le chemin narratif descend inexorablement de l'un √† l'autre, de la bonne chevalerie vers la trahison et l'iniquit√©. G.Porro privil√©gie Montauban √† gauche, dont la citadelle domine d√©sormais l'ensemble de l'espace de la repr√©sentation (et l√©gitime le crime commis au premier plan) : Hauterive, √† droite dans la plaine n'est plus qu'un modeste village en contrebas. Sur le chemin de l'un √† l'autre lieux, le double sens de circulation a disparu : Bradamante montant vers Montauban, rencontrant Alard ; Gabrine et Zerbin descendant vers Hauterive, rencontrant la cadavre de Pinabel ; Rodomont montant vers Hippalque, Hippalque descendant vers lui pour se faire prendre Frontin. Chez G. Porro, tout s'√©claircit, se simplifie : Bradamante arrive √† Montauban, c'est tout. Au-dessus, l'histoire de Zerbin √† Hauterive est d√©connect√©e de celle de Bradamante.

La folie de Roland enfin, dans l'√©dition Valgrisi, est repr√©sent√©e en trois √©tapes, qui vont du centre √† la droite du haut de l'image : arriv√©e de Roland chez le berger, d√©couverte de la grotte aux inscriptions, folie de Roland nu poursuivant les paysans. Ces trois √©tapes sont bien pr√©sentes chez G. porro, mais tellement stylis√©es qu'elles deviennent m√©connaissables. La folie de Roland dispara√ģt.

Objets :
Hippogriphe, Pégase, cheval ailé
Sources textuelles :
Roland furieux, chant 23 (Roland délivre Zerbin ; Folie de Roland)
Sujet de recherche :
Iconographie du Roland furieux

Informations techniques

Notice #003031

Image HD

Identifiant historique :
A2350
Traitement de l'image :
Scanner
Localisation de la reproduction :
Montpellier, Inst. de rech. sur la Renaissance l‚Äô√Ęge classique & les Lumi√®res