Aller au contenu principal
×
Recherche infructueuse

Judith reçoit la bénédiction du grand prêtre Ioakim (Bible d’Utrecht, F8v)

Notice précédente Notice n°90 sur 107 Notice suivante

Date :
1430
Nature de l'image :
Enluminure
Dimensions (HxL cm) :
6x8,8 cm
78 D 38 II, fol. 8v°b

Analyse

La nouvelle de la victoire des Béthuliens contre les troupes d'Holopherne qui les assiégeaient se répand.

« Le grand prêtre Ioakim et tout le Conseil des anciens d'Israël qui étaient à Jérusalem vinrent contempler les bienfaits donc le Seigneur avait comblé Israël, pour voir Judith et la saluer. En entrant chez elle, tous la bénirent ainsi d'une seule voix… » (Judith XV, 6)

Mais l'illustrateur n'a pas représenté cette action de grâce dans la maison de Judith. L'espace de l'enluminure est partagé en deux : à gauche, Judith se tient agenouillée devant les habitants de Béthulie venus accueillir le grand prêtre, vêtu comme un évêque, qui lui donne sa bénédiction.

L'identification de la ville qui se dresse derrière Ioakim pose problème. La logique du récit voudrait que ce soit Béthulie, car c'est à Béthulie qu'a lieu la rencontre. Mais Ioakim à droite arrive de Jérusalem et Judith à gauche l'accueille à Béthulie : la ville devrait être représentée à gauche. Or Judith et les habitants qui l'entourent sont représentés sur un fond uni, sans ville.

Il faut prendre en compte ici la logique de bipartition de l'espace, à partir de laquelle l'enlumineur compose les images de la Bible d'Utrecht. Il oppose ici l'espace de Judith à gauche et l'espace de Ioakim à droite. Ces espaces sont avant tout des espaces symboliques, composant une topographie qui n'obéit pas aux règles modernes de représentation de l'espace. Il s'agit symboliquement de représenter d'où vient Ioakim, de Jérusalem, et qui l'envoie, le Conseil des anciens d'Israël. Derrière Ioakim, les hommes portent des bonnets bordés de fourrure, différents des coiffes colorées des Béthuliens à gauche : coiffés comme des rabbins, ce sont les anciens d'Israël.

On pourrait objecter que la ville qui se dresse à droite dans l'image ne ressemble pas à Jérusalem. C'est une ville indifférente, sans marque distinctive sinon une double tour d'angle qui ne permet guère de l'identifier. Une ville de Jérusalem assez semblable est représentée au fol. 11 recto, pour montrer Néhémie rebâtissant les remparts de Jérusalem. L'enlumineur a eu conscience du problème géographique que posait la proximité des deux territoires symboliques ici confrontés. Il l'a résolu une fois encore de façon symbolique, en intercalant entre Judith et Ioakim une petite montagne et une forêt, qui sont les signes de la distance entre les deux villes.

On retrouve le motif du face à face de Judith et d'un grand-prêtre dans un tableau du XVIIe siècle, exécuté par Francesco Curradi. Le grand-prêtre se tient bien là devant les murs de Béthulie. Mais il s'agit d'une autre scène et d'un autre personnage : Judith rentre juste du camp d'Holopherne, et Ozias l'accueille devant la ville dont il est apparemment le gouverneur. Ozias est connu historiquement comme roi de Judée, et l'histoire de Judith le considère implicitement comme celui qui administre Béthulie. L'iconographie le confond avec un grand prêtre, peut-être par confusion avec Ioakim…

Sources textuelles :

Informations techniques

Notice #003643

Image HD

Identifiant historique :
A2962
Traitement de l'image :
Image optimisée par Esrgan
Localisation de la reproduction :
Collections en ligne des manuscrits médiévaux de la bibliothèque Meermanno de La Haye, Huis van het boek