Aller au contenu principal
Les adieux d’Andromaque et d’Hector - Restout

Notice #004700

Image HD

Auteur(s) :
Restout, Jean (1692-1768)
1728
Nature de l'image :
Peinture sur toile
Sujet de l'image :
Guerre de Troie. Andromaque
Lieu de conservation :
Collection particulière
Traitement de l'image :
Scanner
Localisation de la reproduction :
Paris, Bibliothèque de l’École normale supérieure

Analyse

Annotations :
1. Signé et daté en bas à droite : « Restout 1728 ».
2. Sur la redécouverte de ce tableau, voir P. Rosenberg, « Le concours de peinture de 1727 », Revue de l’Art, n° 37, 1977, pp. 39 et 42, fig. 14 et 15. Le problème est que ce tableau est daté de 1728 alors que la toile présentée au concours devait en principe être antérieure d’une année. En 1783, Jean-Bernard Restout expose au Salon de la Correspondance organisé par Parin de la Blancherie (n° 73) un Adieux d’Hector à Andromaque, œuvre de son père qui lui appartenait. Est-ce le même tableau qui passait à la vente Calonne le 21 avril 1788 (n° 153) ? Ou Restout n’a-t-il pas plutôt exécuté deux versions de son œuvre, celle du concours de 1727 que Messelet, semble-t-il, connaissait encore et celle datée de 1728, la seule qui à ce jour ait été retrouvée ? A signaler également, une copie passée en vente à Paris le 18 mars 1981, n° 113 et illustrée, « École française XVIIIe siècle », ainsi que la boîte à priser avec en couvercle la composition inspirée par la gravure de Le Vasseur (1769), passée en vente chez Sotheby’s le 18 juin 1979. 3. Il y a deux versions de ce tableau : voir cat. Restout, P.33 et P.36. P.33 a servi de modèle à P.36, ici reproduit.
Le tableau signé « Restout | 1727 » a réapparu : collection J. E. Safra, vente Sotheby’s New York N08759, session 1, 26 janv. 2011, Lot 49. Sotheby’s lui donne la filiation suivante : 1768, atelier du peintre ; 1783, exposé par son fils ; 1796, inventaire au décès du fils ; 1862, M. Lenormand ; 1938, Georges Vésier ; 5 déc. 1990, vente anonyme Drouot, lot 73 ; 31 janv. 1997, vente anonyme Christie’s, lot 81.
Le tableau est gravé par Jean-Charles Levasseur en 1769.
Restout s’inspire d’une composition de Coypel sur le même sujet (1711 pour le duc d’Orléans), actuellement à Tours.