Aller au contenu principal
Frontispice (Michel Maier, Atalanta Fugiens, 1618)

Notice #004774

Image HD

Série de l'image :
Michel Maier, Atalanta Fugiens, à Oppenheim, J. Galler pour J. Th. de Bry, 1618
1618
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
Sujet mythologique. Hippomène et Atalante
Lieu de conservation :
Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
RES-R-1438
Traitement de l'image :
Image web
Localisation de la reproduction :
https://gallica.bnf.fr

Analyse

Analyse de l'image :
En bas à gauche, la course d’Hippomène et d’Atalante. A droite, Hippomène s’unit à Atalante dans le temple d’Aphrodite. Ils seront changés en lion et en lionne, représentés au centre, pour les punir de ce sacrilège.
Annotations :
2. EPIGRAMME DE L’AUTEUR
« L’audacieux jeune homme emporta le trésor
Du jardin d’Hespéros quand des mains de Cypris
II eut reçu le triple fruit.
La vierge fuit ; il suit et lance sur le sol
La pomme qui l’attire et ralentit sa course.
Vite il bondit ; mais elle, vite, le devance,
Plus prompte que l’Eurus. Il sème devant elle
De nouveaux présents d’or. La vierge un court instant
S’attarde, mais bientôt elle fuit de plus belle,
Jusqu’à ce que, l’amant renouvelant les poids,
Noble prix, Atalante à son vainqueur se rende.
Hippomène est la force du soufre ; la vierge,
Mercure fugitif ; le mâle vainc la femme.
Lorsque, saisis d’amour, ils s’étreignent tous deux,
Au temple de Cybèle, irritant la déesse,
Elle se venge en les vêtant de peaux de lions
Qui font rougir leurs corps et les rendent sauvages.
Pour exprimer au mieux ce que fut cette course
Ma muse t’offre ici les trois voix de la fugue.
L’une est simple et durable ; elle est fruit qui retarde ;
Mais la seconde fuit, que poursuit la troisième.
Des oreilles, des yeux accueille ces emblèmes,
Puis guide ta raison vers leurs signes secrets.
J’ai mis devant tes yeux l’appât de ces images :
L’esprit doit y trouver les choses précieuses.
Les biens de l’univers, les remèdes qui sauvent
Te seront tous donnés par ce double lion. »