Aller au contenu principal

Les occupations du rivage (Promenade Vernet, 4e site, version de Paris) - Vernet

SĂ©rie de l'image :
Date :
1766
Nature de l'image :
Peinture sur toile
Dimensions (HxL cm) :
49x39 cm
Sujet de l'image :
Lieu de conservation :

Analyse

Le livret du Salon de 1767 est trĂšs laconique sur Vernet :

« Par M. VERNET, Conseiller
39. Plusieurs Tableaux sous le mĂȘme numĂ©ro. »

Voir Diderot, 4e site de la Promenade Vernet, éd. Versini, pp. 605-606 :

« La « langue de terre » oĂč s’activent les blanchisseuses fait Ă©cran entre l’étendue d’eau du premier plan et les montagnes du fond. En bas Ă  gauche, le pĂȘcheur et son chien constituent les embrayeurs visuels de la scĂšne. Les trois blanchisseuses du centre de la composition dĂ©composent trois temps du travail : le lavage du linge dans la riviĂšre Ă  gauche, son essorage au centre, puis son transport dans une corbeille en osier posĂ©e sur la tĂȘte de la femme de droite. »

Annotations :

2. Vente Bandville, 3 déc 1787, no. 65
Vente Le Brun, 11 janv 1793, no. 9
1989, chez Stair Sainthy Matthiesen, galerie d’art à New York.
Vente Sotheby’s « L00162 Jacopo », Londres, 6 juillet 2000, lot 221.
Paris, collection privée.

3. La comparaison de ce tableau avec celui de la galerie Youssoupov (Ermitage) laisse penser que nous avons ici affaire Ă  une copie. Le grand arbre qui Ă©tend ses branches au centre droit est ici beaucoup moins tortueux, comme si son tronc avait Ă©tĂ© lissĂ© et simplifiĂ©. MĂȘme lissage pour le tronc placĂ© derriĂšre celui du bouleau et plus Ă  gauche. Le dĂ©hanchement de la blanchisseuse qui porte une corbeille de linge sur sa tĂȘte est plus maladroit. A sa droite et derriĂšre elle, le jeune homme courbĂ© Ă  quatre pattes pour tremper le linge dans la riviĂšre est devenu indistinct, notamment parce que sa tĂȘte ne se dĂ©tache plus de son corps et disparaĂźt derriĂšre la robe de la blanchisseuse.
En revanche Ă  cĂŽtĂ© du pĂȘcheur assis de dos Ă  gauche au premier plan, notre version de Paris comporte un chien absent du tableau russe, mais prĂ©sent dans la description de Diderot, qui interpelle Vernet en ces termes : « Place aussi son chien Ă  cĂŽtĂ© de lui » (Ver 606). C’est pour cette raison qu’on a supposĂ© que le tableau de la galerie Youssoupov ne constituait qu’une esquisse, ou une variante de celui exposĂ© au Salon de 1767, et que j’incline Ă  penser que celui-ci est une copie. Autre Ă©lĂ©ment : la canne Ă  pĂȘche, complĂštement Ă  gauche, n’a pas de fil visible dans la version de Paris, ce qui rend le geste du pĂȘcheur incomprĂ©hensible. Dans la version de Saint-Petersbourg, le fil est bien visible Ă  gauche, avec un poisson au bout de la ligne. Le pĂȘcheur vient de retirer sa ligne de l’eau et s’apprĂȘte Ă  poser sa canne pour dĂ©tacher le poisson.

Objets :
Spectateur au premier plan
Spectateur animal (aigle, cheval, chien, vache)
Personnage de dos
La scĂšne a un public
Chien
Sujet de recherche :
S. Lojkine, L’ƒil rĂ©voltĂ©, chap. 4, La relation esthĂ©tique

Informations techniques

Notice #005116

Image HD

Identifiant historique :
A4435
Traitement de l'image :
Image optimisée par Esrgan
Localisation de la reproduction :
http://www.europeanpaintings.com/index_af_his.asp?numcol=5