Aller au contenu principal

Le bal des ardents (Henri Martin, Histoire de France, 1886) - Bayard

Analyse

« C’était alors la coutume de dire et de faire toutes sortes d’extravagances aux noces des veuves qui se remariaient. Une veuve au service de la reine s’étant remariĂ©e, la reine, Ă  cette occasion, donna un bal Ă  l’hĂŽtel Saint-Pol. Un Ă©cuyer du roi suggĂ©ra Ă  Charles VI l’idĂ©e de se dĂ©guiser en sauvage, lui et cinq jeunes gens de la cour. Il s’habillĂšrent de toile couverte d’étoupes collĂ©es avec de la poix-rĂ©sine. Les cinq jeunes gens Ă©taient attachĂ©s les uns aux autres, et le roi les menait pour les montrer aux dames. Tandis qu’ils dansaient avec toutes sortes de cris et de bouffonneries, le frĂšre du roi, le duc d’OrlĂ©ans, sans doute Ă©tourdi par le vin, s’avisa d’approcher une torche des danseurs couverts d’étoupes. En un instant, les cinq jeunes gens furent tout en flammes. Le roi, qui s’était sĂ©parĂ© d’eux un moment auparavant, fut sauvĂ© ; mais ces malheureux pĂ©rirent brĂ»lĂ©s vifs (29 janvier 1393). » (Pp. 423-424.)

Annotations :

1. Signé en bas à gauche « Emile Bayad », à droite « BURGUN ». Le titre de la gravure est « Le bal des sauvages ».

2. Chapitre XXXI, Charles VI et les sires des fleurs de lis (suite). — Les Armagnacs et les Bourguignons. (1383-1414.), p. 425.

Informations techniques

Notice #005316

Image HD

Identifiant historique :
A4635
Traitement de l'image :
Scanner
Localisation de la reproduction :
Collection particuliĂšre