Aller au contenu principal
David coupe le manteau de Saül, mais l’épargne (Bible de Maciejowski, fol. 33r°)

Notice #005437

Image HD

Série de l'image :
Bible du cardinal Maciejowski, New-York, Pierpont Morgan Library, Ms 638
1250
Nature de l'image :
Enluminure
Sujet de l'image :
Sujet d’histoire sacrée. David
Lieu de conservation :
New York, The Morgan Library & Museum
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
Ms. 638, F° 33r°
Traitement de l'image :
Image web

Analyse

Analyse de l'image :
David s’est retranché dans les falaises d’Engedi. Saül part à sa poursuite avec un détachement de 3000 hommes. Saül entre dans une grotte pour « se couvrir les pieds » (faire ses besoins). David, qui était embusqué dans la grotte avec ses hommes, coupe avec son épée un pan du manteau de Saül, mais épargne son roi malgré les instances de ses hommes.
    Dans un second temps, qui est représenté au-dessus, David brandit devant Saül et ses soldats le morceau de manteau tranché : « Ô mon père, vois, vois donc le pan de ton manteau dans ma main : puisque j’ai pu couper le pan de ton manteau et que je ne t’ai pas tué, comprends et vois qu’il n’y a chez moi ni méchanceté, ni crime. » (Samuel I, 24, 12.)
    Le geste de brandir le pan de manteau n’est pas dans le récit biblique : c’est à Saül seul, sorti de la grotte, que David crie son discours, sans geste. Mais l’illustrateur a sans doute été influencé par un autre épisode, qui fait en quelque sorte doublon dans le récit de Samuel avec celui-ci : David se cache dans la colline de Hakila. Saül y campe. David fait une descente de nuit dans le camp de Saül et lui dérobe sa lance et sa gourde, mais l’épargne. Yahvé maintient tout le camp endormi. Sorti du camp avec ses compagnons, David passe de l’autre côté de la vallée et, de loin, tient en criant un discours similaire à Abner, qui se conclut ainsi : « Et maintenant, regarde où est la lance du roi et la gourde d’eau qui étaient à son chevet ! » (Samuel I, 26, 16.) Le discoirs suppose cette fois le geste et Saül, qui répond à David, est bien entouré des siens.
   
    L’image procède donc à une condensation de deux épisodes. Mais elle-même réunit en un seul espace trois moments successifs de la narration : à gauche, Saül arrivant dans les falaises d’Engedi où David est embusqué ; au centre, en bas, David surprenant Saül « au petit coin » ; au-dessu et à droite, David brandissant le pan de manteau devant Saül et ses soldats à cheval.
    Au-dessus de ce double compartiment, David libère la ville de Keilah à gauche, puis, à droite, la quitte. Cet épisode précède immédiatement celui de la grotte (Qéïla, Samuel I, 23) . (Voir image grand format.)