Aller au contenu principal
Énée fuyant Troie, avec Anchise, Ascagne et Créuse - Batoni
Énée fuyant Troie, avec Anchise, Ascagne et Créuse - Batoni

Notice #007177

Image HD

Auteur(s) :
Batoni, Pompeo (1708-1787)
Date :
1753
Nature de l'image :
Peinture sur toile
Sujet de l'image :
Énéide. Énée et Anchise
Lieu de conservation :
Turin, Galleria Sabauda
Traitement de l'image :
Image web
Localisation de la reproduction :
http://commons.wikimedia.org/

Analyse

Analyse de l'image :

Énée portant son père Anchise sur le dos quitte la ville de Troie en flammes, accompagné de son épouse Créüse et de son fils Ascagne.

Le modèle de la composition est a priori narratif : Les fuyards sont sortis de la ville par la porte à gauche et le chemin les conduits vers la droite. Mais Batoni a savamment ménagé un redans dans la muraille, qui depuis la gauche part d'abord vers le fond avant de revenir vers le devant à droite, de sorte que les personnages se trouvent dans un espace qui a la profondeur d'une scène.

Énée d'ailleurs suspend sa fuite. Il pose le pied sur la base d'une fabrique de pierre dont on distingue mal, sur la droite, le contour : harrassé par le poids de son père, il s'apprête à le décharger de ses épaules et à l'asseoir sur ces marches. La fuite est donc arrêtée, le temps suspendu : Batoni peint une fuite et peint un arrêt, il combine un déroulement et un suspens. Ascagne stoppé dans sa course plus légère par le corps arrêté de son père cherche à regarder au delà, à contourner du regard la jambe de son père qui s'interpose devant lui. Le regard d'Ascagne nous projette ainsi vers l'avenir tandis que Créüse à demi détournée nous ramène au passé, au danger du sac de Troie qui les talonne. C'est dans cet équilibre des temporalités que Batoni réalise plastiquement l'effet d'instant prégnant.

Annotations :

3. Peint sur le modèle de Loth fuyant Sodome.