Aller au contenu principal

Ovide et Corinne - Carrache

Analyse

« DouĂ© d’une imagination brillante, plus libertin que sensible, admis Ă  la cour d’Auguste, liĂ© avec tous les beaux esprits de son temps, connu de tout Rome par ses ouvrages galans, on ne doit pas ĂȘtre surpris que ce poĂȘte ait mis ses leçons en pratique, et joint souvent l’exemple au prĂ©cepte.‹Il entra fort jeune dans la carriĂšre amoureuse, et il n’avait qu’environ vingt ans, lorsqu’il chanta ses amours pour Corinne.‹MalgrĂ© les petites querelles, les jalousies, les brouilleries, les vivacitĂ©s un peu brutales qu’il se permettait de tems en tems envers elle, il paraĂźt que cette femme charmante fut toujours sa maĂźtresse chĂ©rie.‹Il est vrai que Corinne ne craignit pas de lui faire quelques infidĂ©litĂ©s. Elles Ă©taient bien pardonnables, puisque cette belle ne pouvait ignorer celles d’Ovide, qui les publiait dans ses poĂ«sies et qui lui donnait ses propres esclaves pour rivales.‹S’il faut en croire notre poĂȘte, il devait ĂȘtre un vaillant champion dans les combats de VĂ©nus ; car il se vante d’avoir jadis donnĂ© neuf preuves consĂ©cutives d’amour dans une nuit passĂ©e avec Corinne, et de s’ĂȘtre encore montrĂ© depuis peu passablement Ă©nergique. »

Informations techniques

Notice #007545

Image HD

Identifiant historique :
A6864
Traitement de l'image :
Image web
Localisation de la reproduction :
https://gallica.bnf.fr