Aller au contenu principal

Simon Célestin Croze-Magnan (1750-1818), L’Arétin d’Augustin Carrache ou Recueil de postures érotiques : d’après les gravures à l’eau-forte par cet artiste célèbre, avec le texte explicatif des sujets, A la Nouvelle Cythère [Paris, P. Didot, 1798].

Texte attribué à S.-C. Croze-Magnan d’après Gay 
Bnf RES G-Y2-544 
Bnf Richelieu Estampes RESERVE AE-9-PET FOL 

Tout commence avec l’invention des Modi, cette série de gravures imaginée par Marcantonio Raimondi dans le style de Giulio Romano pour représenter les différentes manières (modi) de faire l’amour. Averti de l’existence de ces images pornographiques, le Pape Clément VII, neveu de Laurent le Magnifique, les fait détruire (à jamais) et emprisonne l’auteur.
Mais l’Arétin, protégé (ironiquement) du Pape Medici (qui le fit chevalier de Rhodes en paiement pour les services rendus), avait déjà vu les images de Raimondi et s’était mis à composer, selon Mazuchelli (contesté par S. Alexandrian), les célèbres Sonnetti Lussuriosi pour les illustrer. 

Une deuxième série fut ainsi publiée trois ans après, qui peut-être alliait le texte et l’image dans ce média mixte du livre illustré. 

La série fut à nouveau détruite, bien qu’il en subsiste quelques fragments (British Museum, etc). 

On pense, néanmoins, qu’un exemplaire dut survivre, qui inspira la série de Carracci, d’après les comparaisons qui ont pu être faites. Les sonnets de l’Arétin, de leur côté, continuèrent leur chemin. C’est pour les accompagner qu’une nouvelle série fut produite, en dépit (ou grâce) au triomphe de la Contre-Réforme, cette fois-ci illustrée par Agostino Carracci, aux orées du « tournant Baroque ». L’édition la plus connue reste celle, révolutionnaire, de 1798, L’Arétin d’Augustin Carrache ou Recueil de Postures Erotiques, d’après les Gravures a l’eau-forte par cet Artiste célèbre, Jacques Joseph Coiny, accompagné de textes de Simon-Célestin Croze-Magnan (1750-1818), littérateur, peintre et musicien.