Aller au contenu principal
×
Recherche infructueuse

Le satyre et sa femme - Carrache

Analyse

« Un illustre philosophe de nos jours a dit fort judicieusement : "on ne connaît si l’on aime véritablement une femme, qu’au moment qui suit la jouissance." Il paraît qu’il a fondé son opinion sur cet ancien adage : omne animal post coïtum triste.
 En ne considérant l’amour que du côté physique, il est certain que le besoin une fois satisfait, les moyens qui ont servi à le soulager deviennent indifférens, quelquefois même désagréables. 
Mais pour peu que le cœur influe sur une liaison et que le sentiment inspire le désir, ce n’est plus une tristesse qu’on éprouve à la suite de la jouissance, c’est une douce fatigue, et cette fatigue est encore un plaisir.
 Un long calme succède au tumulte des sens, 
le feu qui nous brûloit par degrés s’évapore ;
 la volupté survit aux pénibles élans ;
 l’âme sur son bonheur se repose en silence,
 et la réflexion fixant la jouissance,
 s’amuse à lui prêter un charme plus flatteur. (Parny) »

Informations techniques

Notice #007551

Image HD

Identifiant historique :
A6870
Traitement de l'image :
Image web
Localisation de la reproduction :
Bibliothèque numérique Gallica, Bibliothèque nationale de France (https://gallica.bnf.fr)