Aller au contenu principal
La chambrière reçoit Du Mesnil à la métairie (Hept., Berne, 1780) - Freudeberg

Notice #007704

Image HD

Série de l'image :
Les Nouvelles de Marguerite, reine de Navarre, Berne, nelle soc. typogr., 1780
Auteur(s) :
Freudeberg, Sigismond / Freudenberger, Sigmund (1745-1801)
1780
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
Fiction, 16e siècle
Lieu de conservation :
Versailles, Bibliothèque municipale centrale
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
Rodouan C 482 (le t. I)
Traitement de l'image :
Photo numérique

Analyse

Analyse de l'image :
La femme de Saint Aignan jongle entre ses deux amants, le jeune homme pour le plaisir (Du Mesnil), l’évêque pour l’utilité. Du Mesnil arrive au rendez-vous qu’elle lui a fixé dans sa métairie près d’Alençon, mais l’évêque est arrivé avant lui, en avance. Une servante révèle alors au jeune homme la duplicité de sa maîtresse.
    « Ung jour que son mary s’en estoit allé devers l’evesque, elle luy demanda congé d’aller aux champs, disant que l’air de la ville luy estoit contraire, et, quand elle fut en sa mestairye, escripvit incontinant à du Mesnil qu’il ne faillist de la venir trouver environ dix heures du soir; ce que feyt le pauvre jeune homme. Mais à l’entrée de la porte trouva la chamberiere qui avoit accoustumé de le fere entrer, laquelle luy dist: "Mon amy, allez ailleurs, car vostre place est prinse." Et luy, pensant que le mary fut venu, luy demanda comme le tout alloit. La pauvre femme, aiant pitié de luy, le voiant tant beau, jeune et honneste homme, aymer si fort et estre si peu aymé, luy declaira la folye de sa maistresse, pensant que, quant il l’entendroit, cella le chastieroit d’aymer tant. Et luy compta comme l’evesque de Sées ne faisoit que d’y arriver et estoit couché avecq elle, chose à quoy elle ne se attendoit pas, car il n’y devoit venir jusques au lendemain. »
   
   La chandelle de la servante éclaire la scène, censée se dérouler « environ dix heures du soir ». Mais elle est portée dans le même temps par la chambrière qui éclaire, instruit le jeune homme.
Annotations :
1. Signé sous la gravure, à gauche « S. Freudenberg inv », à droite « Carl Guttenberg sc ».
2. 1ère journée, 1ère nouvelle.