Aller au contenu principal
Énée emmène Anchise & Ascagne (Énéide, Strasbourg, 1502) - Grüninger > S. Brant

Notice #008185

Image HD

Série de l'image :
Publii Virgilii Maronis Opera, Strasbourg, J. Grüninger, 1502, in-F°
Auteur(s) :
Grüninger, Jean (actif à Strasbourg de 1482 à 1531)
Brant, Sébastien (1458-1521)
Date :
1502
Nature de l'image :
Gravure sur bois
Sujet de l'image :
Énéide. Énée et Anchise
Lieu de conservation :
Heidelberg, Universtätsbibliothek
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
Cod. Heid. 370,319 (Signatur/Shelfmark UB)
Traitement de l'image :
Image web

Analyse

Analyse de l'image :
« da deinde auxilium, pater, atque haec omina firma.
Vix ea fatus erat senior, subitoque fragore
intonuit laeuum, et de caelo lapsa per umbras
stella facem ducens multa cum luce cucurrit.
   Illam summa super labentem culmina teccti
   cernimus Idaea claram se condere silva
   signatemque vias ; tum longo limite sulcus
   dat lucem et late circum loca sulfure fumant. » (II, 691-698)
   [“…accorde-nous ton aide, ô père, et confirme ces présages.”
Le vieillard avait à peine prononcé ces paroles que, sur la gauche,
le tonnerre retentit soudain à grand fracas et qu’une étoile glissa du ciel,
traversa les ténèbres, entraînant un flambeau d’une grande clarté.
   Elle glisse au-dessus du faîte de notre maison, et nous la voyons toute brillante se plonger dans les forêts de l’Ida où elle marque sa roçute. Soçn sillage marque la nuit d’une longue raie lumineuse, et tout autour se répand au poin iune fumée de soufre.]
   
   Convaincu par ces signes visibles, qui sont dans le texte, Anchise accepte de partir, et c’est ce que représente l’image. Au centre, Énée prend Anchise sur ses épaules (721) et le petit Iule (Ascagne) par la main (723), laissant Créuse derrière lui (738).
Annotations :
2. Folio CLXXX recto.