Aller au contenu principal
×
Recherche infructueuse

Paysage avec Roger sauvant Angélique - Cornelis Cort > Titien

Date :
1565
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Dimensions (HxL cm) :
30,5x45 cm
Sujet de l'image :
RP-P-BI-6382
ƒuvre signĂ©e
ƒuvre datĂ©e

Analyse

A gauche au premier plan, AngĂ©lique nue est Ă©tendue sous un arbre, dans la posture de la belle endormie (VĂ©nus, Antiope
). DerriĂšre elle est un vase antique diffuse de l’encens. A ses pieds se tapit un dragon menaçant. A droite, toujours au premier plan, un crĂąne atteste de ce que le monstre fait de ses victimes. En haut au centre, Roger, chevauchant un hippogriffe, apparaĂźt dans une nuĂ©e, volant au secours de la dame, qui pourtant ne semble guĂšre effrayĂ©e.
A l’arriĂšre-plan, le paysage est divisĂ© verticalement par un fleuve. A gauche, derriĂšre une forteresse et des constructions d’allure moderne, un incendie semble s’ĂȘtre dĂ©clarĂ©. A droite, on distingue les ruines d’un bĂątiment antique dont une des niches contient encore une statue. Un pont Ă  cinq arches relie les deux berges.‹ Le sujet serait tirĂ© du Roland furieux de l’Arioste (1532). Au chant X, la princesse AngĂ©lique enlevĂ©e par les Ébudiens est exposĂ©e Ă  ĂȘtre dĂ©vorĂ©e par une orque, jusqu’à ce que le chevalier Roger vienne Ă  son secours en chevauchant un hippogriffe. Mais chez l’Arioste, l’orque est un monstre marin, et AngĂ©lique, exposĂ©e sur un rocher marin, a les pieds dans l’eau.
On a parfois cru que cette gravure reprĂ©sentait PersĂ©e sauvant AndromĂšde. Mais l’animal volant n’est pas le PĂ©gase de PersĂ©e ; c’est bien un hippogriffe Ă  tĂȘte d’aigle.
Il semble que Titien ne s’inspire que trĂšs librement de l’Arioste, et donne une signification allĂ©gorique Ă  cette composition, dont le sens nous Ă©chappe aujourd’hui.
(Cette notice s’inspire de celle d’Eve Bouyer, http://www.wittert.ulg.ac.be/fr/flori/opera/cort/cort_oeuvre.html.)

Annotations :

1. Le « cum privilegio » signifie que Titien avait reçu la permission officielle des autoritĂ©s vĂ©nitiennes de vendre cette gravure. Par lui, il Ă©tait juridiquement protĂ©gĂ© contre les copies pirates.‹2. Cornelis Cort, 3e partie, p. 85, n° cat. 192.
Il s’agit d’une des premiĂšres gravures que Cort exĂ©cuta pour Titien, ce qui explique probablement l’absence de son nom, qui a Ă©tĂ© ajoutĂ© Ă  cette gravure dĂšs le second Ă©tat.

3. Cette gravure est une reproduction en miroir d’un dessin de Titien que l’on peut voir au musĂ©e Bonnat, Ă  Bayonne, et dont il existe une copie au Louvre.
Autre exemplaire au cabinet des estampes de LiÚge, Legs Wittert, inv. n° 1688/

Sources textuelles :
Roland furieux, chant 10 (Biren trahit Olympe, Roger et l’orque)

Informations techniques

Notice #008242

Image HD

Identifiant historique :
A7561
Traitement de l'image :
Image web
Localisation de la reproduction :
Collections en ligne du Rijksmuseum, Amsterdam (https://www.rijksmuseum.nl)