Aller au contenu principal

Contes chinois. Abdal-Moal (Dessins pour le Cabinet des FĂ©es) - Marillier

Notice précédente Notice n°59 sur 126 Notice suivante

Date :
1785
Nature de l'image :
Dessin (lavis)
Sujet de l'image :
Fonds Rothschild, Picot 225
LĂ©gende

Analyse

Le narrateur, ayant aidĂ© un philosophe Ă  s’échapper de prison, a reçu de lui divers secrets, dont l’élixir de Jouvence. GrĂące Ă  cet elixir, il a guĂ©ri la reine de Damas et l’a Ă©pousĂ©e. Ils rĂšgnent prendant plus de quatre-vingts ans sans vieillir.
    Le narrateur s’égare un jour Ă  la chasse. Il entre dans une petite maison pour demander de l’eau. Tout le monde se prosterne en reconnaissant le sultan de Damas. Le pĂšre prĂ©tend alors que sa fille, la belle Doulzagar, est follement amoureuse du sultan.
   
    Marillier met en scĂšne la recontre du sultan de Damas et de Doulzagar, emmenĂ©e par sa mĂšre Ă  l’intĂ©rieur de la maison alors que le sultan s’avance pour demander de l’eau.

Annotations :

1. Au-dessus de l’image, en haut Ă  gauche, « contes chinois », Ă  droite « 36Ăšme soirĂ©e. tom. 19. »
LĂ©gende dans le cartouche : « Dieu est grand, nous sommes maintenant a | l’ombre du Roy des Rois. »
2. 2Ăšme illustration du volume 19.

Sources textuelles :
[Gueullette,] Contes chinois, ou les avant. merv. du mandarin Fum-hoam (1723)
36e soirĂ©e. Suite des aventures d’Abdal-Moal

Informations techniques

Notice #008551

Image HD

Identifiant historique :
A7870
Traitement de l'image :
Photo numérique