Aller au contenu principal
×
Recherche infructueuse

Descente de croix au flambeau - Rembrandt

Date :
1654
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre, eau-forte
Eau-forte et pointe sèche
Dimensions (HxL cm) :
21x16,2 cm
inv. Dut. 7764
Œuvre signée

Analyse

Il y a dans cette composition deux draps : l’un reçoit immédiatement le corps du Cjrist et amortit la descente de croix; l’autre, probablement destiné à devenir le suaire, est étalé sur la civière vide du premier plan. Toute l’audace de la composition tient au fait que le premier plan est vide; ce n’est qu’au second plan que se déroule la scène qui donne son titre à la gravure. Le linceul vide signifie la mort du Christ. Rembrandt, fasciné par ce moment de la déposition de croix qui est le moment de la désespérance spirituelle absolue, l’a représenté maintes fois, en dessin, à la gravure, en peinture. Le clair obscur ne se contente pas de détacher les deux linges blancs et de mettre en raelation le drap plein et le drap vide. Il place en pleine lumière les jambes du Christ, tandis que sa tête, déportée sur la droite, se perd dans la pénombre : ce corps réduit à des jambes devient insignifiant. Au centre de la composition, la main d’un homme se dresse pour recevoir, protéger la tête tombante du Christ

Annotations :

1. Signé : « Rembrandt f. 1654 » 

3. Autre exemplaire : Paris, Musée du Petit Palais, collection Dutuit, inv. Dut. 7764.
Plusieurs exemplaires au Rijksmuseum.

Composition de l'image :
Scène (espace vague/espace restreint)
Items :
Linceul
Autre scène au second plan
Sources textuelles :
Évangile de Luc
Évangile de Jean

Informations techniques

Notice #000922

Image HD

Identifiant historique :
A0241
Traitement de l'image :
Scanner
Localisation de la reproduction :
Collection particulière
Bibliographie :
S. de Bussière, Rembrandt. Eaux-fortes, coll. Dutuit, Pt-Palais, P-Musée, 1986
n° 122, p. 246, B. 83.