Aller au contenu principal
Faiblesse d’Anderson en reconnaissant Jones (Tom Jones, 1750) - Gravelot

Notice #009893

Image HD

Série de l'image :
H. Fielding, trad. P. A. La Place, Histoire de Tom Jones, Londres [Paris], 1750
Auteur(s) :
Gravelot, Hubert-François Bourgignon dit (1699-1773)
Fessard, Étienne (1714-1774)
Date :
1749
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
Fiction, 18e siècle
Traitement de l'image :
Image web

Analyse

Analyse de l'image :
Tome III, chapitre X. Qui, quoique court, peut être attendrissant.
    « Monsieur Jones étoit habillé, & prêt à se rendre chez Milady Bellsaton, lorsque Madame Miller vint le prier instamment de descendre, pour prendre une tasse de thé chez elle.
    Il n’étoit pas encore entré chez cette bonne femme, qui l’avoit précédé en descendant, qu’elle se hâta de présenter un Eranger, en lui disant avec la plus vive effusion de cœur… M. Jones, voilà mon cousin qui vient avec transport remercier son généreux bienfaicteur, & le sauveur de sa famille !
    Cet homme avoit à peine continué le compliment que Madame Miller avoit si obligeament commenc&, que Jones & lui s’étant envisagés fixement l’un l’autre, marquerent en même-tems la plus étonnante surprise. La voix manqua tout à coup à l’Etranger, qui se laissant tomber sur une chaise, ne put articuler que… C’est lui ! c’est lui-même !… j’en suis trop convaincu !…
    Ciel ! que signifie ceci ? s’écria Madame Miller, mon cousin se trouve-t-il mal ? vîte, de l’eau, cîte, qu’on le secoure !… n’est-il aucunes liqueurs dans la maison ?…
    Ne vous effrayez point, Madame, lui dit Jones : j’ai presque autant que lui besoin de secours ; cette rencontre imprévuë nous frappe également. Votre cousin ne m’est pas inconnu , Madame. »
Annotations :
1. Au-dessus de la gravure à droite « Tome 3 Page 82 ».
Sous la gravure à gauche « H. Gravelot. inv. », à droite « St fessard Sculp. 1749. »