Aller au contenu principal

Un mendiant vend Ă  Jones le portefeuille de Sophie (Tom Jones, 1750) - Gravelot

Analyse

L’enfant trouvĂ©, Livre douziĂšme. Contenant les mĂȘmes trois jours que les prĂ©cĂ©dens.
   Chapitre II. DĂ©part de Jones de l’HĂŽtellerie d’Upton. Avanture du Mendiant.
    Jones et son compagnon Partridge quittent l(auberge aprĂšs M. Western et suivent la mĂȘme route que lui. Partridge voudrait que Jones rentre chez M. Alworthy, mais, lui rĂ©torque Jones, « pourrois-je habiter un pays oĂč ma Sophie n’est plus ?  » Faute de pouvoir retrouver Sophie, Jones cherche Ă  rejoindre l’ArmĂ©e pour s’engager et prend ainsi sans le savoir le chemin de Sophie. Ils rencontrent un mendiant et le couard Partridge se lance dans une homĂ©lie sur la charitĂ© puis, de lĂ , sur la paix. Plus pratique, Jones lui donne un shilling.
    « Monsieur, s’écria le pauvre homme, aprĂšs l’avoir beaucoup remerciĂ©, j’ai trouvĂ© Ă  deux milles d’ici quelque chose de curieux : voudriez-vous me l’acheter ? je me serois bien gardĂ© de le montrer Ă  d’autres ; mais vous m’avez l’air d’un si bon Gentilhomme, & vous ĂȘtes si charitable, que vous ne le soupçonnerez sĂ»remen pas d’ĂȘtre un voleur, parce que j’ai le malheur d’ĂȘtre pauvre.
    Il tira alors de sa poche un petit porte-feuille dorĂ©, qu’il remit entre les mains de Jones.
    Jones l’ouvrit d’abord, & (que le Lecteur juge de ce qu’il sentit !) trouva Ă  la premiete page le nom de Sophie Western, Ă©crit de sa propre main. Il n’eut pas plutĂŽt lĂ» ce nom, qu’il le pressa contre sa bouche, & tomba dans une extase d’oĂč il ne revint que pour se livrer aux transports les plus extravagans. » (P. 288-9)
Annotations :
1. Au-dessus de la gravure à droite « Tome 2 Page 289 ».
Sous la gravure à gauche « H. Gravelot. jnu », à droite « De Lafosse. Scul. »
Sources textuelles :
Fielding, History of Tom Jones, a Foundling (1749)
Livre XII, chap. 4

Informations techniques

Notice #009892

Image HD

Identifiant historique :
A9211
Traitement de l'image :
Image web