Couverture Roland furieux à Effiat

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
To USA users : the Montpellier URLs are now closed. Please use the Aix-Marseille website address : https://utpictura18.univ-amu.fr, or the Toulouse address : http://utpictura18.univ-tlse2.fr
Adresse complète
à Toulouse

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Un mal, d’un mal voisin (Alciat, Emblematum Libellus, 1542)
Un mal, d’un mal voisin (Alciat, Emblematum Libellus, 1542)
Cette notice fait partie d’une série : Andreas Alciatus, Emblematum Libellus, Paris, Wechel, 1542 (pièce ou n° 59 / 116)

Datation : 1542

Sujet de l’image : Allégorie

Nature de l’image : Gravure sur bois

Lieu de conservation : Munich, Bayerische Staatbibliothek
Notice n° A4200   (n°1 sur 1) 
1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
1. Aliquid mali propter vicinum malum. [Emblème] LVIII.
Raptabat torrens ollas, quarum una metallo,   
Altera erat figuli terrea facta manu.
Hanc igitur rogat illa, velit sibi proxima ferri,   
Iuncta ut praecipites utraque sistat aquas.
Cui lutea: Haud nobis tua sunt commercia curae,   
Ne mihi proximitas haec mala multa ferat.
Nam seu te nobis, seu nos tibi conferat unda,   
Ipsa ego te fragilis sospite sola terar.
2. Traduction française par Lefevre, Paris, Wechel, 1536 (même gravure) :
Voisinage peult rendre mal.
La riviere portoit deux potz,
L’ung de terre l’autre de cuyvre:
Qui dit au foible telz propos.
Viens pres moy ton chemin poursuyvre.
Je ne te veulx (dit l’autre) suyvre,
Ny aucunement aprocher:
Car tost me garderoys de vivre,
Si me laissoys a toy toucher.

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Munich, Bayerische Staatbibliothek
Traitement de l’image : Scanner
Localisation de la reproduction : Paris, Bibliothèque de l’École normale supérieure
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 18/02/2006
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 24/12/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.