Couverture Roland furieux à Effiat

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
To USA users : the Montpellier URLs are now closed. Please use the Aix-Marseille website address : https://utpictura18.univ-amu.fr, or the Toulouse address : http://utpictura18.univ-tlse2.fr
Adresse complète
à Toulouse

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
La fille qui noyait son enfant (Rétif, Nuits de Paris, 1788, t. II) - Sergent
La fille qui noyait son enfant (Rétif, Nuits de Paris, 1788, t. II) - Sergent Auteur : Sergent, Antoine François (1751-1847)

Cette notice fait partie d’une série : Rétif de la Bretonne, Les Nuits de Paris, 16 vol. in-12°, [Londres,] 1788-94 (pièce ou n° 3 / 18)

Datation : entre 1788 et 1789

Source textuelle : Rétif de la Bretonne, Les Nuits de Paris (1788-9) 3e partie, 51e nuit, La fille & son enfant, Bouquins, p. 711-712

Sujet de l’image : Fiction, 18e siècle

Objet indexé dans l’image : Hibou

Nature de l’image : Gravure sur cuivre

Lieu de conservation : Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve, 8-Z LE SENNE-5618 (3)
Notice n° A5776   (n°1 sur 1) 
1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
2. Tome II. Planche après page de titre de la Troisième partie, relative à la Nuit LI, p. 488, « LA FILLE ET SON ENFANT ». La nuit LI est la première nuit de cette partie.
Au verso de la page de titre de la 3e partie, on peut lire, face à la gravure :
« [Filet]
Sujet de la FIGURE de la III.me Partie :
Le Spectateur-nocturne, sur l’Ile Saintlouis, vis-[à-]vis l’hôtel Lambert, retenant une Fille, qui va noyer son enfant nouveau-né. [Saut de ligne]
“O ma Chère ! que faites-vous” !
[Filet]
NOTA. On trouvera toujours la Table, à la fin de la Partie. Il est important d’y avoir recours, pour trouver, d’un coup d’œil, la suite des recits, dont le dénoûment est éloigné du corps de l’anecdote.
[Filet]
On s’est aperçu que, pour ne pas couper les Recits, ou des morceaux importans, on les mettait de-suite, sous la même Nuit, en indiquant les Sections par des lettres majeures, auxquelles on renvoyait dans les Nuits suivantes : A l’avenir, on supprimera cette seconde indication : Mais l’extrême variété qui règne dans les traits rapportés par le SPECTATEUR-NOCTURNE, oblige à prendre toutes les précautions possibles pour la clarté. »


Analyse de l’image :
     « Je m’en revins par le chemin ordinaire, sans excursion. Au-bas du Pont-Marie, j’entendis marcher du côté du Port-au-bled. Je prêtai l’oreille, ét mes ieux perçans entrevirent le long des maisons une Creature humaine habillée de blanc, qui s’avançait de mon côté. J’entrai dans une petite rue obscure, qui aboutit à celle de-la Mortellerie, ét j’attendis qu’on passât. C’était une Femme qui portait quelque-chose. Je la suivis de loin. Elle prit le Pont-Marie, le Quai d’Anjou, ét parvint à la pointe orientale de l’Ile. J’entendis alors le cri d’un Enfant. Je m’étais approché fort-près, à la faveur du coude que fait l’Hôtel Lambert : Je vis que la Malheureuse allait jeter son Enfant dans l’eau ! Je m’avançai vivement ; mais ne voulant pas la faire mourir, je lui dis avec douceur : — O ma Chère ! que faites-vous ! Venez, venez ! je puis vous sauver l’honneur, ét la vie ! Venez ! Emportons cet Enfant ; nous trouverons Quelqu’un de bon ét de pitoyable, qui vous paiera pour le nourrir, sans que vous soyiez exposée-. Je l’emmenai chés moi. Elle était tremblante, ét m’obeïssait dans tout ce que je voulais. » (Pp. 488-489.)


Sujet de recherche : F. Tsang-Kwock, Les Nuits de Paris de Rétif, texte et illustration
Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Paris, Bibliothèque nationale de France
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction : http://gallica.bnf.fr
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 20/05/2008
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 18/08/2020
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.