Aller au contenu principal
Julitte d’Icone tuée avec son fils à Tarse, 304 (Luyken, Théâtre des Martyrs)

Notice #010381

Image HD

Série de l'image :
Luyken, Jean, Théâtre des Martyrs…, Leyde, Pierre Van der Aa, 1685
Auteur(s) :
Luyken, Jean (1649-1712)
Date :
1685
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre, eau-forte
Sujet de l'image :
Sujet d’histoire sacrée. Saint Cyr et sainte Julitte
Lieu de conservation :
Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
Rd 105 (exemplaire sans date)
Traitement de l'image :
Image web

Analyse

Analyse de l'image :
« Quirice (saint Cyr) était fils de Julitte, très illustre matrone d’Icone. La persécution qu’elle voulut éviter la força à venir à Tarse en Cilicie, avec son fils, Quirice, âgé de trois ans. Cependant on la fit comparaître portant son enfant dans ses bras, devant le président, Alexandre. Deux de ses femmes qui virent cela s’enfuirent aussitôt et l’abandonnèrent. Le président prit donc l’enfant dans ses bras, et fit cruellement frapper à coups de nerfs la mère qui ne voulut pas sacrifier aux idoles. Or, l’enfant, en voyant frapper sa mère, pleurait amèrement et poussait des cris lamentables. Mais le président prenait le jeune Quirice tantôt entre ses bras, tantôt sur ses genoux, le calmait par ses baisers et par ses caresses, et l’enfant, les yeux tournés sur sa mère, repoussait avec horreur les embrassements du juge, détournait la tête avec indignation et lui déchirait le visage avec ses petits ongles ; il semblait parler et dire comme sa mère : “Et moi aussi, je suis chrétien.” Enfin après s’être débattu longtemps, il mordit le président à l’épaule. Celui-ci indigné et tourmenté par la douleur jeta du haut en bas l’enfant sur les degrés du tribunal qui fut couvert de sa petite cervelle ; alors Julitte, joyeuse de voir son fils la précéder dans le royaume du ciel, rendit des actions de grâces à Dieu. Elle fut ensuite condamnée à être écorchée, puis arrosée de poix bouillante et enfin à avoir la tête tranchée. » (Jacques de Voragine, Légende dorée, GF, I, 396-397)
Annotations :
1. Signé dans la gravure en bas à gauche, légèrement effacée : « « Ian Luyken invenit [et fecit] ».
2. Livre I, p. 132.