Aller au contenu principal
Noble-Epine & la fée Azerole (Dessins pour les Voyages imaginaires) - Marillier

Notice #012420

Image HD

Série de l'image :
Marillier, Dessins pour les Voyages imaginaires, 1 vol., 1786
Auteur(s) :
Marillier, Clément-Pierre (1740-1808)
Date :
1786
Nature de l'image :
Dessin (lavis)
Sujet de l'image :
Fiction, 18e siècle
Lieu de conservation :
Paris, Bibliothèque nationale de France, Cabinet des Estampes
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
Reserve 4-EF-79
Traitement de l'image :
Photo numérique
Localisation de la reproduction :
Collection particulière (Cachan)

Analyse

Analyse de l'image :
La princesse Noble-Epine a été changée en ourse pour échapper à son horrible époux, l’ogre Rhinocéros. Elle rencontre le beau prince Zélindor et en tombe amoureuse : mais le moyen de se faire aimer quand on est une ourse !
    « L’ourse faisoit de tristes réflexions quand elle étoit seule : le beau Zélindor l’avoit rendue sensible ; mais quel moyen de lui plaire sous cette affreuse figure ! […] Un soir, au clair de la lune, se retraçant tous ses malheurs au bord de la pièce d’eau où elle venoit souvent, parce que le jeune roi s’y promenoit toujours, elle versa tant de larmes, que l’eau en fut troublée ; une grosse carpe qui ne dormoit pas, parut sur sa surface : Belle oursine, dit-elle à la princesse, ne vous affligez pas tant, la fée Azerole vous protège, & vous rendra aussi heureuse que vous êtes belle ; puis sutant légèrement sur le gazon, la carpe parut à la belle dame, grande & majestueuse, habillée magnifiquement. L’ourse se jeta à ses pieds. Prends courage, ma fille, dit la fée Azerole ; j’ai éprouvé ta patience assez longtemps, la récompense viendra. Tu n’es point mariée à l’ogre Rhinocéros, & tu épouseras le beau Zélindor. Garde encore quelque temps le secret, toutes les nuits tu quitteras ta peau d’ours ; mais il faut que tu la reprennes dès le matin. Alors la fée disparut, & minuit étant sonné, la peau d’ours quitta la princesse. Que de grâces elle rendit dans son cœur à sa bonne marraine ! »
Annotations :
1. Au-dessus du dessin à gauche, « les lutins de kernosi » ; à droite « n°. 68. »
Légende sous le dessin : « Prens courage, ma fille, j’ai éprouvé ta patience assez longtems la récompense viendra ».
2. Gravure après la p. 262 du volume 35 des Voyages imaginaires.