Aller au contenu principal
Niels est reçu dans une chaloupe (Niels Klims underjordiske reise, 11, 1789)

Notice #012801

Image HD

Série de l'image :
Holberg, Niels Klims underjordiske reise, Copenhague, J. F. Schultz, 1789
Auteur(s) :
Clemens, Johan Frederik (1749-1831), graveur danois
Abildgaard, Nicolai Abraham (1743-1809)
1789
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
Fiction, 18e siècle
Lieu de conservation :
Oslo, Bibliothèque nationale
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
NB/BRU, Holb. 35:103
Traitement de l'image :
Image web

Analyse

Analyse de l'image :
L’épouse du syndic de Martinie s’éprend de Niels et lui déclare son amour. Il la repousse vertueusement, et, par vengeance, elle le fait jeter en prison. Il échappe à la mort en avouant une faute qu’il n’a pas commise : le voilà condamné aux galères, il part pour les Mézendores, qui sont les Indes des Martiniens.
    Chapitre XI. Navigation de Klimius aux terres étranges.
    Le capitaine traite bien Niels, à qui il confie l’entretien de ses perruques. Ils rencontrent d’abord des sirènes.
    « Une d’entre elles me demanda un morceau de chair salée, & le lui ayant donné, elle s’cria : Tu seras un héros puissant & glorieux. Cette prophétie me fit rire, la regardant comme vaine & extravagante, quoique les mariniers m’assurassent que rarement les prédictions des sirènes tomboient à faux. »
    Puis ils accostent en Picardanie, pour commercer avec les pies. De là, ils passent au pays de la musique, puis en Pyglossie, où les hommes, sans bouche, parlent du derrière. Ils voguent ensuite vers la terre glaciale, qui est proprement le Mézendore : dans sa capitale, tous les animaux ainsi que les arbres se côtoient harmonieusement.
    A leur retour, ils sont pris dans une tempête et font naufrage. Niels s’accroche à une planche et peut parvenir au rivage. Il appelle au secours.
    « Au premier cri, je n’entendis pas d’écho : mais yant réitéré, j’entendis un son qui venoit du rivage, & tout d’un coup je vis les habitants du pays accourir des forêts voisines, & venir vers moi sur une espèce de chaloupe, qui étoit fait de branches d’arboisier, d’osier & de chêne, ce qui montroit assez que la nation n’étoit pas de splus civilisées. Toutefois la vue des rameurs me fit tressaillir de joie ; car quant à la figur eextérieure, iks n’étoient pas différens des autres hommes, & c’étoient les seuls de mon espèce que j’eusse encore vus dans tous mes voyages dans le monde souterrain. Ils ressembloient aux hommes de notre globe qui habitent sous la Zone torride ; car ils avoient des barbes noires, des cheveux crépus très-courts, & s’il arrive que quelqu’un les ait blonds & pendans, c’est uen merveille. Cependant ils s’approchèrent & me reçurent dans leur chaloupe ».
Annotations :
1. Au-dessus de l’image à droite « Cap. XI. »
Signé au-dessous de l’image à gauche « Abildgaard pinx. », à droite « Clemens Sculps: »