Aller au contenu principal
Naufrage de Frédéric, Suzanne & Saphire sur Manghalour (Les F. militaires, 1735)

Notice #012852

Image HD

Série de l'image :
[Rustaing de Saint-Jory,] Les Femmes militaires, Paris, Simon & De Bats (1735)
Artiste :
Riquard (?), dessinateur du XVIIIe siècle
Fessard, Étienne (1714-1774)
Date :
1735
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
Fiction, 18e siècle
Traitement de l'image :
Image web

Analyse

Analyse de l'image :
Frédéric a ruiné sa fortune en France. Grâce aux subsides d’un ancien valet, il peut s’embarquer en Angleterre, où il rencontre un certain Richard Sembrook qui, ayant fait naufrage quelques années auparavant dans l’île de Groenkaaf, d’où il a été ramené par des Hollandais, projette d’y retourner pour s’emparer des trésors qu’elle contient. Frédéric s’embarque avec Sembrook, ils arrivent sans encombre devant l’île, mais diffèrent d’un jour d’accoster. Une tempête s’élève, le vaisseau dérive de 300 lieues et fait naufrage, Frédéric parvient à une rive iconnue en s’agrippant à la hune du mât.
    « Alors je jettai les yeux sur les tristes débris dont tout le rivage étoit couvert, mais parmi tant d’objets funebres, j’eus la consolation d’appercevoir deux personnes vivantes que les flots amenerent sur le sable auprès de moi ; c’étoit Susanne Hide, sœur de notre Pilote, & Saphire Stout fille du Contre-maître. » (P. 36.)
    Quelques jours plus tards, les trois rescapés s’aventurent au cœur de l’île et tombet sur une écolonade d’architecture rès gothique » :
    « J’apperçus au fond de cette colonade, une table d’airain incrustée dans un pilier, comme sont chez nous la plûpart des Epitaphes.
    J’y lus l’incription suivante, écrite en très-ancien langage françois, dont les caracteres s’étoient parfaitement conservés.
    “SACHIÉS.
    Que mille cent quatre-bingt & dix-huit ans après l’Incarnation de Nostre Seignor Jesus Christ ; al tems Innocent III. Apostoile de Rome, & Felippe Roi de France, & Richart Roi d’Angleterre,
    Trois grant navie de bataille, … »
    On y apprend que l’île se nomme Manghalour et qu’au 12e siècle sept navires y firent naufrage. 79 chevaliers sortirent de leurs vaisseaux et gagnèrent l’île, ainsi que des archers, arbalétriers, mariniers, gens de pieds, et 72 jeunes filles. Ils se dotèrent d’un roi, Mathieu de Laval.
    Le graveur condense le récit et place le monument sur la plage : on distingue le mat du vaisseau naufragé derrière la colonne brisée de l’épitaphe.
Annotations :
1. Au-dessus de l’image à gauche « 26 », censé renvoyer à la page de texte correspondante. Mais c’est une erreur : il faudrait lire 36.
Signé sous l’image à gauche « Riquard. in. del. », à droite « fessard. sculp. »