Aller au contenu principal
Thérèse épie Mme C… et l’abbé T… au jardin (Thérèse philosophe, Londres, 1782)
Thérèse épie Mme C… et l’abbé T… au jardin (Thérèse philosophe, Londres, 1782)

Notice #013082

Image HD

Série de l'image :
[Boyer d’Argens,] Thérèse philosophe. Avec figures, Londres, 1782, 2 vol.
Date :
Entre 1782 et 1783
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
Fiction, 18e siècle
Lieu de conservation :
Munich, Bayerische Staatbibliothek
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
124708 Rem.IV 1353-1
Traitement de l'image :
Image web

Analyse

Analyse de l'image :

« Le lendemain, dès la pointe du jour, j’allai me camper dans mon embuscade. Je meplaçai dans des broussailles qui étoient derriere une espece de bosquet de charmille, orné de bancs de bois peints en verd & de quelques statues. Après une heure d’impatience, mes héros arriverent & s’assirent précisément sur le banc derriere lequel je m’étois gîtée. Oui, en vérité, disoit l’Abbé en entrant, elle devient tous les jours plus jolie ; ses tétons sont grossis au point de remplir fort bien la main d’une honnête Ecclésiastique […].
    Eh bien, dit-elle, es-tu content de mes tetons & de mes cuisses ? Les as-tu assez baisé, assez manié ? Pourquoi trousser ainsi mes manchettes au-dessus du coude ? Monsieur aime sans doute à voir le mouvement d’un bras nud ? Fais-je bien ? Tu ne dis mot ! Ah ! le coquin, qu’il a de plaisir !
    Il se fit un instant de silence. Puis tout-à-coup j’entendis l’Abbé qui s’écria : ma chere maman, je n’en puis plus ; un peu plus vite ; donne-moi ta petite langue, je t’en prie. Ah ! il cou… le ! »