Aller au contenu principal
Le Duc demande à D** de lui conter sa nuit avec la Pdte (Les Sonnettes, 1751)

Notice #013157

Image HD

Série de l'image :
[Guillard de S.,] Les Sonnettes…, Berg-op-Zoom, F. de Richebourg, 1751
Date :
1751
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
Fiction, 18e siècle
Lieu de conservation :
Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
Enfer 1269
Traitement de l'image :
Image web

Analyse

Analyse de l'image :
Le marquis D** a passé la nuit dans la chambre de la Présidente, et grâce à ses sonnettes le vieux duc n’a rien perdu de leurs ébats. Dès le matin, il fait convoquer par son valet le marquis dans sa chambre pour qu’il lui raconte son aventure de la nuit.
    « Enfin, le Duc tirant les cordons d’un petit rideau qui regnoit autour de sa chambre, je vis cette multitude de sonnettes dont j’ai parlé, avec des étiquettes. Le Duc m’expliqua leurs dispositions, le méchanisme des lits, & l’usage des clefs communes ; outre la nécessité, dit-il, d’avoir fait les lits élastiques, pour le fait que vous voyez qui en résulte, vous devez encore avoir senti la bonté qui provient de leur ressort. Monsieur, lui demandai-je, comment se fait-il que vous ne vous trompiez point ? un autre que moi pouvoit se trouver avec la Présidente. Votre réflexion est bonne, me répondit-il, mais la chute d’hier au soir suffisoit pour me faire rencontrer juste ; d’ailleurs l’air d eliberté dont on jouit chez moi, & un peu de discernement, m’aident beaucoup à découvrir les intrigues. Si je manquois de ces secours, il me seroit aisé d’y suppléer, en faisant ajuster de nouvelles bascules aux portes des chambres, je saurois à point nommé que Monsieur… est entré chez Madame… mais je ’nai pas besoin de perfectionner l’invention. Pour prix des plaisirs que ’on goûte, je n’exige qu’un peu de bonne foi, & la complaisance de me faire l’histoire de la nuit. Marquis, détaillez-moi, je vous prie, comment tout s’est passé. »
Annotations :
2. 2e partie, face p. 124.