Aller au contenu principal

Joab tue son frère Amasa (Speculum humanæ salvationis 10C23)

Notice précédente Notice n°71 sur 193 Notice suivante

Date :
Entre 1400 et 1450
Nature de l'image :
Enluminure
Den Haag, MMW, 10 C 23, fol. 21v°, image de droite

Analyse

David envoie Amasa convoquer les hommes de Juda pour mater la révolte de Shéba. Mais Amasa tarde. David envoie Abishaï derrière lui. Joab part avec Abishaï. Il se retrouve devant son frère Amasa (en fait son cousin) à Gabaon et le tue par traîtrise d’un coup d’épée dans le ventre, alors que celui-ci venait l’embrasser. Joab prend ainsi la tête de la répression de la révolte de Shéba et devient le chef de l’armée d’Israël.

« Lorsqu’ils furent près de la grande pierre qui est à Gabaon, ils rencontrèrent Amasa qui venait trouver le roi . Joab était revêtu d’un habillement étroit qui lui était juste sur le corps, et par-dessus il avait son épée pendue au côté dans un fourreau fait de-telle sorte, qu’on pouvait la tirer et en frapper en un moment.
Joab dit donc à Amasa : Bonjour, mon frère. Et il prit de sa main droite le menton d’Amasa comme pour le baiser.
Et comme Amasa ne prenait pas garde à l’épée qu’avait Joab, Joab l’en frappa dans le coté  : les entrailles aussitôt lui sortirent hors du corps ; et sans qu’il fût besoin d’un second coup, il tomba mort. Joab et Abisaï, son frère, continuèrent à poursuivre Séba, fils de Bochri. »

Annotations :

1. Rubrique : « Regu[m] ii ca° xx° | Joab in dolo interfecit amasee »
2. Amasa est fils d’Abigaïl et Joab est fils de Serouya. Toutes deux sont sœurs de David. Amasa et Joab sont donc cousins, et neveux de David. Mais c’est comme frère que Joab salue Amasa, sans doute pour mieux l’amadouer.

Sources textuelles :
Samuel (2ème livre)
19, 4-13 (Bible de Jérusalem, p. 454)

Informations techniques

Notice #013559

Image HD

Identifiant historique :
B2878
Traitement de l'image :
Image optimisée par Esrgan
Localisation de la reproduction :
Collections en ligne des manuscrits médiévaux de la bibliothèque Meermanno de La Haye, Huis van het boek