Aller au contenu principal
Jouissance disposée par Dolmancé (La Philosophie dans le boudoir, 1795)

Notice #014596

Image HD

Série de l'image :
La Philosophie dans le boudoir, Londres, aux dépens de la Cie, [Paris,] 1795
Auteur(s) :
Bornet, Claude, peintre et graveur du XVIIIe siècle
Date :
1795
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
Fiction, 18e siècle
Lieu de conservation :
Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
Enfer 536
Traitement de l'image :
Image web
Localisation de la reproduction :
https://gallica.bnf.fr

Analyse

Analyse de l'image :
« Dolmancé : Attendez que je dispose cette jouissance d’une manière un peu luxurieuse. (Tout s’exécute à mesure que Dolmancé indique :) Augustin, étends-toi, sur le bord de ce lit ; qu’Eugénie se couche dans tes bras, pendant que je la sodomiserai ; je branlerai son clitoris avec la superbe tête du vit d’Augustin qui, pour ménager son foutre, aura soin de ne pas décharger ; le cher chevalier, qui, sans dire un mot, se branle tout doucement, en nous écoutant, voudra bien s’étendre sur les épaules d’Eugénie, en exposant ses belles fesses à mes baisers, je le branlerai en dessous ; ce qui fait qu’ayant mon engin dans un cul, je polluerai un vit de chaque main ; et vous, madame, après avoir été votre mari, je veux que vous deveniez le mien ; revêtissez-vous du plus énorme de vos godemichés. (Mme de Saint-Ange ouvre une cassette qui en est remplie, et notre héros choisit le plus redoutable.) Bon, celui-ci, dit le numéro, a quatorze pouces de long sur dix de tour ; arrangez-vous cela autour des reins, madame, et portez-moi maintenant les plus terribles coups.
   Mme de Saint-Ange : En vérité, Dolmancé, vous êtes fou, et je vais vous estropier avec cela.
   Dolmancé : Ne craignez rien ; poussez, pénétrez, mon ange : je n’enculerai notre chère Eugénie que quand votre membre énorme sera bien avant dans mon cul… Il y est ; il y est, sacredieu, ah ! tu me mets aux nues ; point de pitié, ma belle, je vais, je te le déclare, foutre ton cul sans préparation… Ah ! sacredieu, le beau derrière ! » (5e dialogue, Pléiade, p. 103-104.)
Annotations :
1. Au-dessus de la gravure à gauche « Page 53. », aucune indication de volume à droite.
2. La gravure est placée face à la page de titre du 2e volume dans l’édition de 1795. Son emplacement p. 45 de l’édition de la Pléiade, au 3e dialogue, est une erreur.