Aller au contenu principal
L’homme et la puce (Fables de La Fontaine, 1678, 3eP) - atelier de Chauveau
L’homme et la puce (Fables de La Fontaine, 1678, 3eP) - atelier de Chauveau

Notice #001584

Image HD

Série de l'image :
Fables choisies mises en vers par M. de La Fontaine, 3e p., Thierry&Barbin, 1678
Auteur(s) :
Chauveau, François (1613-1676)
Date :
1678
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
Fiction, 17e siècle
Lieu de conservation :
Versailles, Bibliothèque municipale centrale
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
Rés. B 240
Traitement de l'image :
Photo numérique
N° de commande :
Localisation de la reproduction :
Collection particulière

Analyse

Analyse de l'image :

Au premier plan, un homme assis sur son lit se gratte l’épaule et invoque, de son bras droit tendu en avant, les dieux pour les prier de le débarrasser de la puce qui le démange. Le lit, son rideau et l’angle du mur à gauche délimitent l’espace restreint de la scène, où a lieu l’action théâtrale, l’invocation des dieux. Sur le mur à gauche est suspendu un tableau représentant à gauche Jupiter brandissant son foudre, à droite Hercule assis appuyé sur sa massue. A gauche, derrière Jupiter, se tient un autre personnage. Il y a peut-être une quatrième figure, accroupie devant Jupiter.
    Le tableau auquel l’homme adresse sa prière constitue l’écran de la représentation. Il ouvre vers un au-delà, à la manière d’une fenêtre (modèle albertien de l’intersecteur) ou d’une icône (modèle tabernaculaire de la translatio ad prototypum). Il n’y a donc pas à proprement parler d’espace vague dans cette image.
 

Texte de la fable :

Par des vœux importuns nous fatiguons les dieux :

Souvent pour des sujets même indignes des hommes.

Il semble que le Ciel sur tous tant que nous sommes

Soit obligé d’avoir incessamment les yeux,

Et que le plus petit de la race mortelle,

A chaque pas qu’il fait, à chaque bagatelle,

Doive intriguer l’Olympe et tous ses citoyens,

Comme s’il s’agissait des Grecs et des Troyens.

Un Sot par une Puce eut l’épaule mordue.

Dans les plis de ses draps elle alla se loger.

Hercule, ce dit-il, tu devais bien purger

La terre de cette Hydre au printemps revenue.

Que fais-tu, Jupiter, que du haut de la nue

Tu n’en perdes la race afin de me venger ?

Pour tuer une Puce il voulait obliger

Ces Dieux à lui prêter leur foudre et leur massue.

 

Annotations :

1. Gravure non signée.
2. Troisième partie, Livre II, Fable 5.