Aller au contenu principal
Silvandre et Phillis jugés par Diane (L’Astrée, 1733, III, 9) - Guélard

Notice #016251

Image HD

Série de l'image :
L’Astrée de M. d’Urfé, Paris, Pierre Witte & Didot, 1733, 5 vol. in-12
Auteur(s) :
Guélard, Jean-Baptiste Antoine, grav. parisien actif 1730-1755
Date :
1733
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
Fiction, 17e siècle
Lieu de conservation :
Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
Y2-7043
Traitement de l'image :
Image web

Analyse

Analyse de l'image :
« Mais le disner estant finy, et le soleil estant encores trop haut pour se pouvoir mettre en chemin, afin d’aller au grand Pré, où toute la troupe des bergers ou bergeres devoit se rendre, pour les jeux rustiques qu’on avoit accoustumé de faire apres les sacrifices : Adamas eut opinion que la chaleur du jour se passeroit plus aisément, aupres de la fraicheur de ceste fontaine, si l’on y pouvoit trouver quelque honneste divertissement, et se souvenant du jugement que Diane estoit obligee de faire sur la recherche de Silvandre et de Philis : Il pensa que le temps et l’occasion estoient tres à propos maintenant, et d’autant plus que Daphnide qui ne s’arrestoit en ceste contree, que pour avoir plus de cognoissance de la douce vie de ces bergers et bergeres, seroit bien ayse d’ouïr ce different, et le jugement que Diane en donneroit. » (F383v)
   
   Silvandre a tout fait jusqu’ici pour repousser ce jugement.
Annotations :
1. Signé sous la gravure à droite « Guélard sculp. »