Aller au contenu principal

Le Bienfaisant ou Quiribirini (Cabinet des fées, t5, 1785) - Marillier

Date :
1785
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
Lieu de conservation :
PZ24C3 (5)
ƒuvre signĂ©e
LĂ©gende

Analyse

Un méchant poursuit un serpent qui trouve refuge auprÚs du jeune roi. Celui-ci le protÚge et chasse le méchant.
    Le serpent est en fait le sage versĂ© en sciences occultes qui a permis Ă  la mĂšre du jeune roi de tomber enceinte et d’accoucher de lui, ce qui lui a avalu le surnom de Bienfaisant. Quiribirini est la formule magique qui lui permet de passre dans le corps d’un animal mort de son choix. Le mĂ©chant est le pĂšre magicien du prĂ©tendant d’une reine lointaine qui ne veut pas de lui et que Bienfaisant protĂšge.
    Le jeune roi, aidĂ© de Bienfaisant qui tue ce rival tyrannique, Ă©pouse la reine. Le pĂšre magicien se venge en envoyant son neveu tromper le roi et utiliser contre lui le secret de la formule Quitibirini. Le roi sous la forme d’un perroquet revient cependant au palais, avec l’aide de la reine il tue le neveu perfide et reprend son corps de roi.

Annotations :

1. En haut à gauche « Quiribiriny » (sic!), à droite « Tom. 5 pag. 127 »
Légende dans le cartouche : « Ce Prince généreux lui donna sa protection | et défendit de le tuer. »
Signé sous le cartouche à gauche « C. P. Marillier Inv. », à droite « J. J. Le Veau Sculp. »
Gravure insérée avant la p. 139, la citation commence à la 7e ligne à partir du bas.
3. Toute cette histoire est une rĂ©Ă©criture de la 1Ăšre nouvelle des Trois Princes de Serendip, de Cristoforo Armeno (l’histoire du roi Oziam, contĂ©e dans le 1er chĂąteau de l’empereur Behram).

Sources textuelles :
[Chev. de Mailly,] Les Illustres fées contes galants déd aux dames, La Haye 1698
Le Bienfaisant ou Quiribirini

Informations techniques

Notice #016825

Image HD

Identifiant historique :
B6144
Traitement de l'image :
Photo numérique