Aller au contenu principal
La Religion naturelle démasque la Superstition (Pensées philosophiques, 1746)
La Religion naturelle démasque la Superstition (Pensées philosophiques, 1746)

Notice #001688

Image HD

1746
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
Allégorie
Lieu de conservation :
Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
ENFER-65 (1)
Traitement de l'image :
Image web
N° de commande :
Localisation de la reproduction :
https://gallica.bnf.fr

Analyse

Analyse de l'image :

Frontispice de la première édition des Pensées philosophiques de Diderot, parues sans nom d'auteur, « A La Haye, aux dépens de la Compagnie [en fait : à Paris, imprimé par Charles-Jean-Baptiste Delespine pour Laurent Durand].

La religion naturelle renverse la superstition : elle démasque cette fausse religion, elle brise son sceptre et jette à terre sa couronne, allusions à l’autorité temporelle de l’Église. La Superstition est appuyée à une sphynge, symbole des discours incompréhensibles des fanatiques. De sous sa robe jaillissent des serpents, figures de la discorde civile que déclenchent les actions des fanatiques. On peut s’étonner que la gravure n’oppose que deux figures, alors que le texte joue sur trois : le dévot, l’athée et le déiste. Où est l’athée ? Implicitement, la gravure tend à identifier le déiste et l’athée à la déesse nue. Le dispositif affronte deux femmes : la pensée, objet du texte philosophique, est donc figurée par un dédoublement féminin ; l’affrontement idéologique est identifié à l’affrontement de deux femmes, la nue et la vêtue : on pense au motif iconographique de l’amour sacré et de l’amour profane.

Annotations :

3. Autres exemplaires à la Bnf : RES-R-2083, RES P-R-677.