Aller au contenu principal
Scène de comédie, début de l’Héautontimorouménos ? (Pompéi)

Notice #017794

Image HD

Entre -200 et -150
Nature de l'image :
Bas-relief
Sujet de l'image :
Sujet de genre. Théâtre, acteurs, coulisses, masques
Lieu de conservation :
Naples, Musée national archéologique
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
n°inv. 6687
Traitement de l'image :
Image web

Analyse

Analyse de l'image :
A gauche, deux vieillards attendent sur le pas de la porte le retour du jeune homme de lui droite. L’un d’eux s’avance furieux, l’autre cherche à le retenir.
   Au centre, jeune joueur (ou joueuse ?) d’aulos (ou tibicen). La tunique qui recouvre ses jambes laisse penser qu’il s’agit d’une jeune fille. La représentation théâtrale est en principe à Rome réservée aux hommes, à l’exception du mime : mais n’est-ce pas un mime qu’exécute le jeune homme ?
   A droite, le jeune homme ne brandit pas un fouet mais un bandeau de fête, qu’il a sans doute détaché de ses cheveux. Apeuré, son esclave se cache derrière lui, à moins qu’il ne cherche à le soutenir.
   La scène représentée sur ce bas-relief fait penser au début de l’Héautontimorouménos : à la scène 1, les deux vieillards, Ménédème, l’intransigeant bourreau de lui-même, et Chrémès, son voisin plus conciliant, s’entretiennent. À la scène 2, Clitiphon, le fils de Chrémès, quitte Clinia, le fils de Ménédème, pour aborder son père. Rien n’indique, dans le texte de Térence, que Clitiphon quitte un banquet, ni que Chrémès soit en colère. Mais Chrémès est essentiellement en colère, comme héautontimorouménos, et Clitiphon est essentiellement, comme amant de la courtisane Bacchis, le jeune homme du banquet, à l’opposé de Clinia, amoureux vertueux d’une jeune fille pauvre.