Aller au contenu principal

Hercule et les oiseaux du lac Stymphale (Farnesina, salle de la frise) - Peruzzi

Date :
1510
Nature de l'image :
Fresque
Lieu de conservation :
Stanza del Fregio

Analyse

« Il y avait autrefois Ă  Stymphale, sur ce lac, des oiseaux qui vivaient de chair humaine, et qu'Hercule tua Ă  coups de flĂšches. Cependant Pisandre de Camire dit qu'il ne les tua pas, mais qu'il les chassa par le bruit qu'il fit avec des crotales. Parmi les diverses bĂȘtes fĂ©roces que produisent les dĂ©serts de l'Arabie, il y a des oiseaux nommĂ©s Stymphalides, qui ne sont pas moins redoutables pour les hommes que les lions et les lĂ©opards ; 5. ces oiseaux fondent sur les chasseurs et les tuent Ă  coups de bec ; on ne trouve en effet aucune armure de fer ou de cuivre qui puisse rĂ©sister a leurs coups ; les chasseurs se revĂȘtent d'habits faits d'une Ă©corce trĂšs Ă©paisse, oĂč le bec de ces oiseaux se prend et s'attache, comme les ailes des petits oiseaux s'empĂȘtrent dans la glue. Ces oiseaux sont de la grandeur des grues, et ressemblent pour la forme aux Ibis ; mais ils ont le bec beaucoup plus fort queux, et non recourbĂ©. 6. Je ne sais pas si les oiseaux qu'on voit aujourd'hui en Arabie, ont la mĂȘme forme que les oiseaux de l'Arcadie dont ils ont le nom. Si les oiseaux Stymphalides sont une espĂšce qui ait existĂ© de tout temps, de mĂȘme que les aigles et les Ă©perviers, je pense qu'ils sont originaires de l'Arabie ; il se peut qu'il en soit parvenu une bande en traversant les airs, jusqu'au lac Stymphale dans l'Arcadie. Peut-ĂȘtre les Arabes leur donnaient-ils un autre nom que celui de Stymphalides ; mais la grande renommĂ©e d'Hercule, et la supĂ©rioritĂ© dĂ©s Grecs sur les barbares, fĂźt donner depuis Ă  ces oiseaux de l'Arabie le nom de Stymphalides, qu'ils portent maintenant. » (Pausanias, Description de la GrĂšce, VIII, 22, 4-6)

L'identification de cette scÚne pose problÚme. Les oiseaux sont représentés avec un corps humain, comme des harpies venant souiller la table d'un roi et d'une reine qui n'ont pas leur équivalent dans le mythe, ou du moins dans la version de Pausanias.

Sources textuelles :
Pausanias, Description de la GrĂšce
VIII, 22, 4-6

Informations techniques

Notice #019330

Image HD

Traitement de l'image :
Image web