Aller au contenu principal

Jacques se jette dans les bras du bourreau (Jacques le Fataliste, Gueffier, 1797)

Notice n°1 sur 3 Notice suivante

Date :
1797
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
Y2 27640

Analyse

A gauche, l’homme bien habillĂ© et entourĂ© de ses chiens est le bourreau, vers qui Jacques descendu de son cheval se prĂ©cipite. A l’arriĂšre-plan, sur la droite, le maĂźtre observe cette scĂšne de reconnaissance parodique. L’alignement des arbres suggĂšre le prolongement d’une route. La scĂšne se dĂ©roule donc sur une route, Ă  la croisĂ©e des chemins. Au premier plan, sur la gauche, les racines d’un arbre Ă©tablissent une ligne d’ombre qui dĂ©limite l’espace restreint de la scĂšne et pose une sĂ©paration entre notre Ɠil de lecteur et la scĂšne thĂ©Ăątrale de la reprĂ©sentation. Le cheval de Jacques, au premier plan Ă  droite, et l’ombre qu’il projette sur le sol, contribuent Ă©galement Ă  Ă©tablir cette sĂ©paration. Jacques est placĂ© au centre de la gravure. Il change d’espace et fait Ă©cran entre le regard amusĂ© du maĂźtre et le retrait gĂȘnĂ© du bourreau. Le regard du maĂźtre, depuis le fond de la scĂšne, mĂ©taphorise notre regard de spectateurs : nous partageons avec lui le « savoir du maĂźtre », qui annule la scĂšne ; il n’est p

Annotations :

1. Au-dessus de la gravure, Ă  gauche « Tom. I. », Ă  droite « Pag. 173. » Sous la gravure : « Vous ne savez pas qui je suis ! » La gravure n’est pas signĂ©e. Elle a Ă©tĂ© insĂ©rĂ©e en tĂȘte du livre, face Ă  la page de titre. Texte de la page 173 : « — Et non ! je vous dois la vie, et je ne saurais trop vous en remercier. — Vous ne savez pas qui je suis ? — N’ĂȘtes-vous pas le citoyen officieux qui m’a secouru, qui m’a saignĂ© et qui m’a pansĂ© lorsque mon cheval
 — Il est vrai. — N’ĂȘtes-vous pas le citoyen honnĂȘte qui m’a repris ce cheval pour le mĂȘme prix qu’il me l’avait vendu ? — Je le suis. Et Jacques de le rembrasser sur une joue et sur l’autre, et son maĂźtre de sourire, et les deux hiens debout, le nez en l’air et comme Ă©merveillĂ©s d’une scĂšne qu’ils voyaient pour la premiĂšre fois. Jacques, aprĂšs avoir ajoutĂ© Ă  ses dĂ©monstrations de gratitude, force rĂ©vĂ©rences, que son bienfaiteur ne lui rendait pas, et force souhaits qu’on recevait froidement, remonte sur son cheval et dit Ă  son maĂźtre : j’ai la plus profonde

Objets :
Tombeau, cercueil
ScĂšne Ă  trois
Paysage à l’arriùre-plan
La scĂšne a un public
Chien
Chapeau
Sources textuelles :
Diderot, Jacques le Fataliste (1778, 1797)
Presses Pocket, p. 103

Informations techniques

Notice #002047

Image HD

Identifiant historique :
A1366
Traitement de l'image :
Photo numérique
Bibliographie :
J. Thuillier, M. Hilaire, J.-L. Faure, SĂ©bastien Bourdon (cat), RMN, 2000
n° 121.2, p. 264