Aller au contenu principal
Bradamante dans la caverne de Merlin (Roland furieux Venise Zatta 1776, ch3)
Bradamante dans la caverne de Merlin (Roland furieux Venise Zatta 1776, ch3)

Notice #002146

Image HD

Série de l'image :
Lodovico Ariosto, Orlando furioso, Venise, Zatta, 1772-1773, 4 vol. in-4°
Date :
1772
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
Fiction, 16e siècle
Lieu de conservation :
Paris, Bibliothèque nationale de France, Département Littérature et art
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
4-YD-157
Sujet de recherche :
Iconographie du Roland furieux
Traitement de l'image :
Scanner
N° de commande :
2301846
Date de commande :
31/01/2003
Photo sur papier
Localisation de la reproduction :
Montpellier, Inst. de rech. sur la Renaissance l’âge classique & les Lumières

Analyse

Analyse de l'image :

   Au premier plan à gauche, Bradamante, les cheveux dénoués et tenant son livre de magie à la main, évoque pour Bradamante, représentée au centre et de dos, sa descendance. L’évocation des esprits, qui précède celle de la postérité de Bradamante, est éludée ici, alors qu’elle occupe une place importante dans les gravures du seizième siècle. Ce n’est plus la performance de l’évocation qui compte, mais bien la continuité narrative et temporelle qu’elle institue, depuis l’époque de la fable jusqu’à celle contemporaine de l’Arioste, puisque les derniers descendants de Bradamante et de Roger sont le duc d’Este et son frère le cardinal Hippolyte, les protecteurs du poète.     Qui est le personnage barbu au premier plan à droite ? Serait-ce justement le cardinal Hippolyte d’Este, que ses portraits (dont l’un par Dosso Dossi) représentent barbu ? On peut s’étonner alors qu’il ne soit pas représenté avec son chapeau de cardinal.     L’artiste a tiré parti du pentacle tracé par Mélisse au sol avant l’évocation des esprits pour matérialiser le dispositif scénique : Bradamante, placé face au spectacle de sa descendance dans la même position que nous spectateurs constitue ici l’embrayeur visuel de la scène.