Aller au contenu principal
La Descente de croix des arbalétriers de Louvain - Rogier van der Weyden
La Descente de croix des arbalétriers de Louvain - Rogier van der Weyden

Notice #003168

Image HD

Artiste :
Van der Weyden, Rogier, dit aussi Rogier de la Pasture (1400-1464)
Date :
Entre 1435 et 1443
Nature de l'image :
Peinture sur bois
Sujet de l'image :
Sujet d’histoire sacrée. La Descente de croix
Lieu de conservation :
Madrid, Musée du Prado
P002825
Dimensions (HxL cm) :
220x262 cm
Sujet de recherche :
S. Lojkine, Image et subversion, chap. 8 (Une Dép. de croix de Rembrandt)

Analyse

Analyse de l'image :

Noter le parallélisme entre l’évanouissement de la Vierge et la chute du corps du Christ, qui suggère d’identifier l’une à l’autre les deux actions. Marie en tombant porte sa main à sa hanche, comme prise d’une contraction. La perte de connaissance, la mort, est aussi promesse d’une nouvelle naissance... Les mains du Christ et de la Vierge s’inscrivent toutes quatre dans une même diagonale qui aboutit d’un côté aux yeux de Joseph d’Arimathie, de l’autre au crâne du Golgotha.

Annotations :

2. Il s’agissait à l’origine d’un triptyque, dont seule la partie centrale nous est parvenue. Probablement commandé par la guilde des arbalétriers de Louvain et placé sur l’autel de leur église, Notre-Dame-hors-les-murs. Marie de Hongrie, gouvernante des Pays-Bas, achète le tableau au XVIe siècle. Il passe ensuite dans la collection de son neveu, le roi d’Espagne Philippe II, qui l’offre en 1574 au monastère de l’Escurial. On ne sait pas quand le triptyque fut démembré. Plusieurs critiques d’art voient dans le style de ce tableau l’influence de son maître Robert Campin, d’où cette datation très approximative : Rogier van der Weyden est reçu « franc-maître » à l’issue de son apprentissage chez Campin en 1432.