Aller au contenu principal
L’argent parfois paye le salut (Alciat, Emblematum Libellus, 1542)

Notice #004902

Image HD

Série de l'image :
Andreas Alciatus, Emblematum Libellus, Paris, Wechel, 1542
Date :
1542
Nature de l'image :
Gravure sur bois
Sujet de l'image :
Allégorie
Lieu de conservation :
Munich, Bayerische Staatbibliothek
Traitement de l'image :
Scanner
Localisation de la reproduction :
Paris, Bibliothèque de l’École normale supérieure

Analyse

Annotations :
1. Aere quandoque salutem redimendam. [Emblème] LXXXV. Et pedibus segnis, tumida et propendulus alvo,   Hac tamen insidias effugit arte fiber. Mordicus ipse sibe medicata virilia vellit,   Atque abicit, sese gnarus ob illa peti. Huius ab exemplo disce non parcere rebus,   Et, vitam ut redimas, hostibus aera dare. 2. Traduction française par Lefevre, Paris, Wechel, 1536 (même gravure) : Le salut se doit acheter. Le Byevre qui Castor s’appelle, Des veneurs, & des chiens pressé, Aux dens ses genitaulx expelle: Car pour autre bien n’est chassé. Ce mal rend plusgrand mal passé. Surquoy le prudent peult entendre: Qu’il fault quicter bien amassé, Premier que grand peril attendre.