Aller au contenu principal
Acte III du Stichus (Plauti… Comœdiæ viginti, Venise, 1518)

Notice #005751

Image HD

1518
Nature de l'image :
Gravure sur bois
Sujet de l'image :
Sujet comique. Plaute, Térence
Lieu de conservation :
Venise, Bibliothèque Marciana
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
inv. 21138, loc. E 1438
Traitement de l'image :
Scanner
Localisation de la reproduction :
Le Mans, Bibliothèque universitaire

Analyse

Analyse de l'image :
Gelasimus et Epignomus sont représentés évoluant devant un décor de façade (frons scenae) à l’antique, tel que décrit par Vitruve. Derrière ce décor écran constitué d’une arcade ajourée, on distingue un second décor, de fond de scène, représentant un paysage.
Annotations :
2. Marci Actii Plauti ... Comoediae viginti: viuis pene imaginibus recens excultae. Nouissime ex collatione florentinae fidelioris impressionis: & aliorum omnium: quae inueniri potuerunt: affatim ! recognitae: Una cum luculentissimis commentarijs Bernardi Saraceni: Ioannis Petri Uallae: & Pyladis brixiani. Nec non obseruationibus Pii Bononiensis: Ugoleti & Grapaldi scholia: Anselmique epiphillidibus. Adiecto insuper eleganti indice ..
Venetiis : Per Melchiore Sessam & Petrū de Rauānis socios ..., 1518 die duodecīo Augusti.
3. Comparer avec la gravure de l’édition Rampazetto du Roland furieux (1570) qui représente Bradamante dans la grotte de Merlin : elle décrit le même espace intermédiaire entre les arcades du frons scenae et le fond de scène. De même dans le Festin du mauvais riche de Théodore de Bry, l’avant-scène est occupée par le pauvre aux ulcères, le festin occupe l’espace intermédiaire et le décor de fond de scène à gauche représente le châtiment du mauvais riche. L’existence de cet espace intermédiaire serait due à une lecture erronée de Vitruve par Barbaro (1556), qui place les « periaktoi » derrière les ouvertures latérales et non de part et d’autre d’elles (Emmanuelle Hénin, Ut pictura theatrum, p. 229, note 48). Le commentaire de Barbaro a pu jouer un rôle dans cette mise en place de l’espace scénique à la Renaissance, mais c’est bien mince pour rendre compte de la naissance de tout un dispositif, amené à jouer un rôle central et majeur dans notre culture. Ne faut-il pas prendre les choses dans l’autre sens ?

Autre exemplaire à la bibliothèque de l’université de Stanford, collection des livres rares, PA6568 .A2 1518 F