Aller au contenu principal
Indienne Tarairiu cannibale du Brésil - Albert Eckhout
Indienne Tarairiu cannibale du Brésil - Albert Eckhout

Notice #007097

Image HD

Auteur(s) :
Eckhout, Albert (1610-1665)
1641
Sujet de l'image :
Sujet de genre. Indiens d’Amérique
Lieu de conservation :
Copenhague, Nationalmuseet
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
Musée national, collection ethnographique
Traitement de l'image :
Scanner
Localisation de la reproduction :
Collection particulière (Cachan)

Analyse

Analyse de l'image :

L’Indienne tient dans la main un bras coupé et porte dans sa hotte un pied. Les Toupis donnaient le nom de Tapuyas à tous les Indiens qui ne parlaient pas leur langue. Parmi eux, les Tarairius était une peuplade peu connue considérée comme la plus féroce de tout le Nordeste. Dans la guerre que Johan Mauritsuis conduisit contre les Portugais, les Tarairius combattirent aux côtés des Hollandais, qui apprirent à les connaître de plus près et furent très choqués de leurs pratiques cannibales.

Annotations :

2. Albert Eckhout arrive au Brésil  dans le  Pernambuco en 1637 avec la suite du nouveau gouverneur général du Brésil le comte Johan Maurits van Nassau-Siegen. Les Hollandais ont occupé le Nordeste du Brésil de 1634 à 1654, date à laquelle ils sont chassés par les Portugais. Le peintre y vécut 7 ans.
Il est notamment connu pour un ensemble de 21 huiles sur toile représentant la faune, la flore et différentes ethnies brésiliennes. Ces 21 toiles se composent de 4 paires de portraits ethnographiques, d’une série de 12 natures-mortes de fruits et de végétaux tropicaux, et du grand panneau sur la Danse des Tapuias. Le Comte de Nassau donna ces tableaux au roi Frédérick II du Danemark en 1654. Elles sont actuellement conservées au Nationalmuseet de Copenhague.
Albert Eckhout réalisa également, avec son collègue Fran Post, un ensemble de compositions qui, offertes par le comte de Nassau à Louis XIV, serviront de modèle à la réalisation par les Gobelins d’une série de tapisseries dites des Anciennes Indes. Le succès de ces tapisseries conduira les Gobelins à faire exécuter par Desportes une seconde série, dite des Nouvelles Indes, inspirée de la première.