Aller au contenu principal
Un seigneur fait mourir son beau-frère (Heptaméron N40, Amsterdam, 1698)

Notice #007669

Image HD

Série de l'image :
Contes et nouvelles de Marguerite de Valois, Amsterdam, G. Gallet, 1698
Auteur(s) :
De Hooghe, ou De Hooch, Romeyn (1645-1708)
Date :
1698
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre, taille-douce (au burin)
Sujet de l'image :
Fiction, 16e siècle
Lieu de conservation :
Versailles, Bibliothèque municipale centrale
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
F.A. in-8° E431e (2e volume)
Traitement de l'image :
Photo numérique

Analyse

Analyse de l'image :
« La sœur du comte de Jossebelin, après avoir epousé, au desceu de son frere, un gentil homme qu’il feit tuer, combien qu’il se l’eut souvent souhaité pour beau frere, s’il eust esté de mesme maison qu’elle, en grand patience et austerité de vie, usa le reste de ses jours en un ermytage. »
   
   Rolandine a épousé un jeune homme à l’insu de son frère, le comte de Josselin. Un jaloux, qui les épie, rapporte au comte qu’un homme rend fréquemment visite à la chambre de sa sœur. Le comte, croyant à sa sœur une liaison, dresse un guet-apens :
    « ung soir, que le seigneur de Jossebelin fut adverty que le gentil homme estoit chez sa seur, s’y en alla incontinant, et trouva les deux pauvres aveuglez d’amour couchez ensemble. Dont le despit luy osta la parolle, et, en tirant son espée, courut après le gentil homme pour le tuer. Mais luy, qui estoit aisey de sa personne, s’enfuyt tout en chemise, et, ne povant eschapper par la porte, se gecta par une fenestre dedans ung jardin. La pauvre damoiselle, tout en chemise, se gecta à genoulx devant son frère et luy dist : “Monsieur, saulvez la vie de mon mary, car je l’ay espousé; et, s’il y a offense, n’en pugnissez que moy, par ce que ce qu’il en a faict a esté à ma requeste.” Le frere, oultrey de courroux, ne luy respond, sinon : “Quant il seroit vostre mary cent mille foys, si le pugniray-je comme un meschant serviteur qui m’a trompé.” En disant cela, se mist à la fenestre et cria tout hault que l’on le tuast, ce qui fut promptement executé par son commandement et devant les oeilz de luy et de sa seur. »
Annotations :
2. 4e journée, 40e nouvelle.