Aller au contenu principal
Secret pour chasser le lutin (Heptaméron N39, Amsterdam, 1698)

Notice #007668

Image HD

Série de l'image :
Contes et nouvelles de Marguerite de Valois, Amsterdam, G. Gallet, 1698
Auteur(s) :
De Hooghe, ou De Hooch, Romeyn (1645-1708)
Date :
1698
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre, taille-douce (au burin)
Sujet de l'image :
Fiction, 16e siècle
Lieu de conservation :
Versailles, Bibliothèque municipale centrale
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
F.A. in-8° E431e (2e volume)
Traitement de l'image :
Photo numérique

Analyse

Analyse de l'image :
« Le seigneur de Grignault delivra sa maison d’un esperit qui avoit tant tormenté sa femme, qu’elle s’en estoit absentée l’espace de deux ans. »
   
   La femme du seigneur de Grignaulx a quitté le domicile conjugal à cause d’un esprit qui hante la maison. Il ramène sa femme chez lui, sans croire à l’histoire. Mais il est réveillé la nuit par une giffle et une voix. Dans l’obscurité, on lui ôte sa couverture. La nuit suivante, lui et sa femme se préparent : au moment de la giffle, il retient la main qui l’a frappé et fait allumer la lumière à sa femme, qui découvre alors que la chambrière était la coupable.
   
    « Ainsy qu’il attendoit cet esperit, sentit quelque chose approcher de luy ; parquoy ronfla plus fort qu’il n’avoit accoustumé. Dont l’esperit s’esprivoya si fort, qu’il luy bailla ung grand soufflet. Et tout à l’instant print ledit seigneur de Grignaulx la main dessus son visage, criant à sa femme : “Je tiens l’esperit.” Laquelle incontinant se leva et alluma de la chandelle, et trouverent que c’estoit la chamberiere qui couchoit en leur chambre, laquelle, se mectant à genoulx, leur demanda pardon, et leur promist confesser verité, qui estoit que l’amour qu’elle avoit longuement portée à un serviteur de leans, luy avoit faict entreprendre ce beau mistere, pour chasser hors de la maison maistre et maistresse, afin que, eulx deux, qui en avoient toute la garde, eussent moien de faire grande chere : ce qu’ilz faisoient, quant ilz estoient tous seulz. »
   
   Le seigneur de Grignaulx bat la chambrière et la chasse ainsi que son amant.
   La gravure représente le seigneur attrapant le poignet de la chambrière juste après qu’elle l’a gifflé. A droite, la chandelle apportée par sa femme éclaire la scène et révèle qui étaiy le faux esprit.
Annotations :
2. 4e journée, 39e nouvelle.