Aller au contenu principal
Mort de la dame du Vergier et suicide de son amant (Heptam N70, Amsterdam, 1698)

Notice #007699

Image HD

Série de l'image :
Contes et nouvelles de Marguerite de Valois, Amsterdam, G. Gallet, 1698
Auteur(s) :
De Hooghe, ou De Hooch, Romeyn (1645-1708)
Date :
1698
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre, taille-douce (au burin)
Sujet de l'image :
Fiction, 16e siècle
Lieu de conservation :
Versailles, Bibliothèque municipale centrale
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
F.A. in-8° E431e (2e volume)
Traitement de l'image :
Photo numérique

Analyse

Analyse de l'image :
« La duchesse de Bourgongne, ne se contentant de l’amour que son mary lui portoit, print en telle amytié un jeune gentil homme, que, ne luy ayant peu faire entendre par mines et œillades son affection, luy declara par paroles : dont elle eut mauvaise issue. »
   
   L’histoire débute comme celle de Joseph et de la femme de Putiphar.
   Puis la duchesse de Bourgogne soutire à son mari le secret des amours de la dame du Vergier. Elle les révèle en public lors d’une fête. La dame se retire dans une garde-robe et après un long discours de lamentation épié par une chambrière, elle meurt : « “Et adieu, amy, duquel le nom sans effect me creve le cueur !” A ceste parolle, se laissa tumber tout à l’envers, et lui devint la couleur blesme, les levres bleues et les extremitez froides. » (LP p. 676.) L’amant survient et la chambrière lui révèle ce qui s’est passé : « Et, à l’heure, se levant de dessus le corps, comme ung homme forcené et hors du sens, tira son poignard, et, par grande violance, s’en donna au travers du cueur; et de rechef print s’amye entre ses bras, la baisant par telle affection, qu’il sembloit plus estre attainct d’amour que de la mort. » (P. 679.)
    L’illustrateur n’a pas placé la scène dans la garde robe, mais dans la chambre donnant sur le jardin où la dame du Vergier recevait son amant. Il a supprimé la chambrière, mais conservé le rideau de lit au fond à droite, depuis lequel elle peut épier la première scène. L’image condense ainsi la série des rendez-vous galants dans la chambre, la mort solitaire de la dame du Vergier dans la garde robe et le suicide du gentilhomme devant la chambrière.
   
Annotations :
2. 7e journée, 70e nouvelle.
3. Reprise du fabliau de La chastelaine de Vergi. La duchesse perverse est Béatrice de Champagne, épouse de Hugues IV, duc de Bourgogne (1212-1272). La dame de Vergy est Laure de Lorraine, épouse de Guillaume devergy, sénéchal et neveu du duc de Bourgogne.
Voir également Bandello, Novelle, IV, 4 et Belleforest, Histoires tragiques.