Aller au contenu principal
St-Fond chez Juliette : les niches aux têtes coupées (Juliette, II, fig. 17)

Notice #008179

Image HD

Série de l'image :
Histoire de Juliette (tomes 5 à 10 de La Nlle Justine), 1797 [1801]
Auteur(s) :
Bornet, Claude, peintre et graveur du XVIIIe siècle
Entre 1797 et 1801
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
Fiction, 18e siècle
Lieu de conservation :
Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
Enfer 2507 (6)
Traitement de l'image :
Image web
Localisation de la reproduction :
https://gallica.bnf.fr

Analyse

Analyse de l'image :
« Comme il était néanmoins nécessaire de conserver avec un tel homme ce qui portait le caractère de ses plaisirs de choix, c’était dans des niches ornées de tous les attributs de la Parque funèbre que je lui présentais des groupes voluptueux. La salle entière était tendue de noir ; des ossements, des têtes de cadavres, des larmes d’argent, des faisceaux de verges, des poignards et des martinets, ornaient cette lugubre tapisserie ; dans chaque niche était une des vierges branlée par une tribade, toutes deux nues, appuyées sur des coussins noirs, ayant les attributs de la mort perpendiculaires à leur front. Dans le fond de chaque niche, se voyait l’une des têtes qui venaient d’être coupées, et près des niches, à droite, était un cercueil ouvert, à gauche une petite table ronde sur laquelle reposaient un pistolate, une coupe de poison et un poignard : par un raffinement d’incroyable barbarie (fait, j’en étais bien sûre, pour plaire à mon amant) j’avais fait scier les trois troncs des victimes qui venaient d’être sacrifiées ; on n’en avait conservé que la partie des fesses, prise depuis la chute des reins jusqu’au bas des cuisses, et ces morceaux de chair étaient suspendus par des rubans noirs, à hauteur de la bouche, dans chaque entrecolonnement des niches ; ce furent les premiers objets qui frappèrent Saint-Fond… » (Pl. p. 474-6)
Annotations :
1. Au-dessus de la gravure à gauche « T. VI. », à droite « P. 225. »