Aller au contenu principal
Vénus persuade Énée de quitter Troie (Énéide Strasb 1502) - Grüninger > S. Brant

Notice #008183

Image HD

Série de l'image :
Publii Virgilii Maronis Opera, Strasbourg, J. Grüninger, 1502, in-F°
Auteur(s) :
Grüninger, Jean (actif à Strasbourg de 1482 à 1531)
Brant, Sébastien (1458-1521)
1502
Nature de l'image :
Gravure sur bois
Sujet de l'image :
Énéide. Vénus
Lieu de conservation :
Heidelberg, Universtätsbibliothek
Références (n° inv, cote, salle, coll.) :
Cod. Heid. 370,319 (Signatur/Shelfmark UB)
Traitement de l'image :
Image web

Analyse

Analyse de l'image :
Le texte au dessus de l’image, qui conclut la mort de Priam, est sans rapport avec l’image, qui décrit, après lui, la réaction d’Énée et les préparatifs du départ.
   Haec finis Priami fatorum ; hic exitus illum
   sorte tulit, Troiam incensam et prolapsa uidentem
   Pergama, tot quondam populis terrisque superbum
   regnatorem Asiae. Iacet ingens litore truncus,
   auolsumque umeris caput, et sine nomine corpus. (II, 554-558)
   [Ainsi s’acheva la destinée de Priam. Cette fin que lui réservait le destin
   l’emporta tandis qu’il voyait Troie en flammes, et Pergame en ruines,
   lui qui naguère régnait fièrement sur tant de peuples,
   sur tant de terres de l’Asie ! Tronc immense, il gît sur le rivage,
   la tête arrachée de ses épaules, cadavre sans nom.]
    Après ces vers, Énée reste à se désoler, quand tout à coup il remarque Hélène assise dans un coin à l’entrée du temple de Vesta, sur les marches de l’autel (567-569). On la reconnaît en haut à droite sur l’image. Tandis qu’Énée se laisse aller au ressentiment, Vénus sa mère lui apparaît (589), sur la gauche, dans une mandorle. Elle lui donne à voir Neptune (610) au premier plan à gauche, et Junon furieuse à droite devant les portes Scées (612), tout en haut de la citadelle à droite, Pallas (615) et le foudre de Jupiter à gauche (617).
Annotations :
2. Folio CLXXVI recto.