Aller au contenu principal
Le concile de Nicée (Monastère de Sumela, Turquie)

Notice #009782

Image HD

1390
Nature de l'image :
Fresque
Sujet de l'image :
Sujet d’histoire sacrée. Conciles
Traitement de l'image :
Image web

Analyse

Analyse de l'image :
Le premier concile œcuménique fut convoqué en 325 par l’empereur Constantin, qu’on voit ici trônant en haut au centre, dans la ville de Nicée, dont les murailles sont représentées en bas.
   Ce concile fixa le symbole de Nicée, qui est à l’origine de l’actuel Credo.
   Arius y fut excommunié : c’est le début de l’hérésie arienne.
   Sur cette fresque, Arius est probablement le personnage en vert, portant un bonnet noir et tournant le dos à la table où la bible est ouverte. Face à lui, portant une étole blanche à croix noires et un manteau rouge, se tient probablement Eustathe d’Antioche, le premier et plus ardent adversaire d’Arius.
   Symétriquement à Eustathe à gauche, portant le même costume, il faut certainement reconnaître Alexandre d’Alexandrie, le théologien, l’intellectuel, assis nu tête, en grande conversation avec ses voisins, peut-être les deux autres ariens qui furent condamnés avec Arius à l’issue du concile.
   En haut à droite, siégeant à côté de Constantin, tenant un livre sur ses genoux, peut-être Ossius, évêque de Cordoue, l’instigateur politique de ce concile.
   Le débat porta essentiellement sur la consubstantialité du Père et du Fils, les uns parlant d’homoousios (exactement de même nature), les autres d’homoiousios (de nature semblable, proche) : la querelle se réduisait de fait à un i, d’où l’expression ne pas varier d’un iota.
Annotations :
1. « hè agia kai oikoumenikê prô[t]ê sunodos tôn ti[?]kê theophorôn paterôn » (le premier saint concile œcuménique des Pères porteurs de Dieu).
2. Le monastère de Suméla, dans l’empire de Trébizonde au nord est de l’actuelle Turquie, a connu son apogée sous le règne d’Alexis III Comnène (1349-1390), et de son fils Manuel III (1390-1417).