Aller au contenu principal

Le Prince Marcassin (Fées à la Mode t4, 1711)

Date :
1711
Nature de l'image :
Gravure sur cuivre
Sujet de l'image :
Y2-23987
Œuvre signée

Analyse

Annotations :
1. Signé en bas à gauche « Raymond fecit ».
Analyse de l'image :
Le prince Marcassin cherche à tout prix à se marier, mais son aspect repoussant pousse sa première épouse, Ismène, au suicide. La seconde, Zélonide sa sœur, médite de le tuer, mais est égorgée par lui lors de sa nuit de noce. Le prince va chercher ici à droite sa mère la reine, qui constate la mort de Zélonide, à côté de sa sœur Ismène qui s’est poignardée.
    « Elle ne doutait point que sa confidente ne fût derrière la tapisserie; de sorte qu’elle se mit au lit avec un cordon de soie sous son chevet, dont elle voulait venger la mort d’Ismène, et la violence qu’on lui avait faite en la contraignant à faire un mariage qui lui déplaisait si fort. Marcassin profita du profond silence qui régnait ; il fit semblant de dormir, et ronflait à faire trembler tous les meubles de sa chambre : « Enfin tu dors, vilain porc, dit Zélonide, voici le terme arrivé de punir ton cœur de sa fatale tendresse, tu périras dans cette obscure nuit. » Elle se leva doucement, et courut à tous les coins appeler sa confidente, mais elle n’avait garde d’y être, puisqu’elle ne savait point le dessein de Zélonide.
   « Ingrate amie, s’écri[a]-t-elle d’une voix basse, tu m’abandonnes après m’avoir donné une parole si positive, tu ne me la tiens pas ; mais mon courage me servira au besoin. » En achevant ces mots, elle passa doucement le cordon de soie autour du cou de Marcassin, qui n’attendait que cela pour se jeter sur elle. Il lui donna deux coups de ses grandes défenses dans la gorge, dont elle expira peu après.
   Une telle catastrophe ne pouvait se passer sans beaucoup de bruit. L’on accourut, et l’on vit avec la dernière surprise Zélonide mourante : on voulait la secourir, mais il se mit au-devant d’un air furieux. Et lorsque la reine qu’on était allé quérir fut arrivée, il lui raconta ce qui s’était passé, et ce qui l’avait porté à la dernière violence contre cette malheureuse princesse. »
Sources textuelles :
Mme d’Aulnoy, Le Prince Marcassin (FàM, 1698, t4)

Informations techniques

Notice #010108

Image HD

Identifiant historique :
A9427
Traitement de l'image :
Image web
Localisation de la reproduction :